full screen background image

Aya Diawara : « Je fête mes 15 ans de télévision pour montrer que c’est possible de… »


A l’occasion de la célébration de ses 15 ans de carrière à la télévision nationale prévue samedi le 10 mars 2018 à l’hôtel Palm Camayenne de Conakry, la cheffe de la section culturelle de la RTG, Aya Diawara, également animatrice de l’émission Parade, a accordé cette semaine une interview à Conakry Infos pour parler de ses débuts à la télé, son parcours, ses projets dans le futur et surtout de show télévisé que lui a offert un opérateur culturel de la place. Lisez plutôt !

Conakry Infos : Bonjour Madame, veuillez-vous présenter à nos lecteurs.

Aya Diawara : Bonjour! Je suis Aya Diawara, animatrice télé. Je suis  Guinéenne, originaire de la ville de Kankan. J’ai débuté mes études en Côte d’Ivoire. Après,  je suis rentrée en Guinée à l’âge de 15 ans. J’ai fait le collège et le secondaire au lycée Yimbaya, ainsi que mes études universitaires à Gamal Abdel Nasser de Conakry. D’abord, j’ai fait deux ans de travail à la RTG, avant de retourner à l’école pour faire ma soutenance. Après ma soutenance, je suis revenue continuer le travail à la RTG.

Conakry Infos : Le 10 mars prochain, la Guinée va fêter vos 15 ans de carrière à la télévision guinéenne. Que signifie pour vous cet anniversaire ?

Aya Diawara : Ecoutez ! Franchement, ç’a été un choc pour moi. D’abord, l’idée est venue d’un promoteur culturel guinéen, en la personne de Tidiane Soumah de Tidiane Word Music. Mon anniversaire c’était le 22 août dernier. Lorsque Tidiane a vu les vœux que j’ai reçus sur la toile avec tous les messages postés par les amis, il a été tellement impressionné qu’il a finalement décidé de faire quelque chose qui allait coller au temps que j’ai fait à la télévision. Apres ç’a m’a donné à réfléchir. Je pense que c’est beaucoup pour moi, car je suis de la nouvelle génération d’étudiantes, de travailleuses qui a passé toute sa vie entre l’école et la RTG, toute sa carrière à la RTG. Je pense que cela constitue pour moi deux significations : la première est qu’il est possible de passer toute sa vie dans un milieu professionnel, d’y évoluer et d’y réussir ; la deuxième, c’est prouver l’amour que ces Guinéens ont porté pour moi pendant ces 15 ans. Imaginez ! Que vous le voulez ou pas, quelqu’un vous a regardé un samedi chez lui, car mes émissions passent toujours les samedis. Donc, je me dis que c’est une occasion pour moi de leur dire merci grâce à ce double enjeu que j’ai.

Conakryinfos : Allez-vous célébré cet anniversaire à travers une grandiose cérémonie ? Ou ce sera juste une simple fête qui se tiendra à la RTG ?

Aya Diawara : Je voudrais juste avoir ce jour une image et des témoignages. Primo, de la part de tous ceux qui, pendant 15 ans, m’ont côtoyée à la télévision nationale. Deuxièmement, c’est la traditionnelle coupure de gâteau. Après réflexion, on s’est dit qu’il faut trouver un contenu à cette fête. Donc on va profiter pour faire une émission en même temps, une émission publique qui va être diffusée à la télévision nationale et si possible sur d’autres chaines, car ce sera du gâteau télévisé comme on le dit. Je suis un enfant de la télé. Donc mes 15 ans seront en images. Pour éviter qu’on vienne juste pour un simple témoignage et un découpage de gâteau comme d’habitude, on fera une émission à l’intérieur de l’hôtel Palm Camayenne. D’abord, le choix est venu de ce complexe hôtelier lui-même. Lorsque Tidiane Soumah leur a fait la proposition, ils se sont dit 15 ans d’une personne aussi connue comme Aya ne peut pas nous laisser indifférents. Je pense que c’est important pour nous de recevoir cela chez eux. Ainsi, ça va être entre amies, entre frères, entre confrères, mais surtout entre doyens et ceux que je côtoie actuellement. Bref, c’est une émission télévisée.

Conakryinfos : Avez-vous mis des moyens à la disposition de Tidiane World Music pour l’organisation de cet évènement en votre honneur ?

Aya Diawara : Tout est cadeau pour moi cette fois-ci. Tidiane World Music de Tidiane Soumah a promis de m’offrir la fête d’anniversaire. C’est lui qui a dit qu’il va organiser cette fête à mon honneur. Ça sera une fête télévisée, une émission normale. L’hôtel Palm Camayenne vient en accompagnement.

Conakryinfos : Votre 15e anniversaire à la télévision guinéenne connaitra-t-il la présence d’invites qui viendront de l’étranger pour assister à cette fête ?  

Aya Diawara : Un grand invité, en l’occurrence Alpha Blondy était annoncé, mais à cause de son calendrier chargé, il ne prendra plus part à cette fête anniversaire. Car, le 15 mars, il sera du côté de Paris pour la sortie de son nouvel album. Mais, il y aura des confrères et consœurs journalistes et amis étrangers qui viendront du Mali et de la Côte d’Ivoire. Il y aura également la présence de Kamaldine Conté (la marraine) et de Sékouba Bambino Diabaté qui sera le parrain de mes 15 ans de télé. Pourquoi Bambino ? Parce que c’est avec lui que j’ai effectué mon premier voyage en France pour aller assister à son concert qui s’est tenu au cabaret sauvage à Paris.

Conakryinfos : Aujourd’hui, à travers l’émission Parade, vous êtes une icône incontestable du paysage médiatique guinéen. Comment en êtes-vous arrivée au micro jusqu’à la télévision ?

Aya Diawara : Ecoutez ! Ce n’est pas du hasard, parce que de toutes les façons il n’y avait qu’une seule radiotélévision. Mais pendant mes heures perdues, je faisais du théâtre, ainsi que l’animation après les cours. Donc entre l’université et la RTG, il n’y avait qu’un seul pont. Après les cours, c’était le journalisme.

Depuis l’université, j’ai commencé à me débrouillais avec d’autres amis qui écrivaient pour des journaux dès la deuxième et troisième année. Chacun avait ses relations. Moi, c’était la télé, d’autres c’était la presse privée. Vous avez Mamadou Sam, Aboubacar Camara qui est actuellement rédacteur en chef du JT de la RTG ; Makèmè Bamba de la radio nationale et de la BBC. Quant à moi, j’ai également opté pour la RTG, TV5 Monde et Afrique. Donc c’est les mêmes amis, on s’est retrouvés un peu partout. Moi, après les cours, je venais aider les techniciens, je prenais les caméras, je les suivais ; et voilà, on est rentrés par la porte d’une émission de jeu de la RTG. C’est Ansoumane Djessira Condé qui nous a présentés à Mamadou Diand Diallo qui était à l’époque le chef de la section culturelle de la RTG. Donc, on faisait la navette entre l’université et la RTG. C’est un coup de chance. Je suis une enfant de la télé ; je suis fière de le dire parce que je n’ai jamais souffert dans ce cadre. Ce qui m’a d’ailleurs beaucoup aidée. J’ai eu une petite coupure avec la télé, ça m’a permis d’aller rapidement faire ma soutenance et revenir. On a eu la chance d’être recrutés par un ministre d’alors qui avait demandé à toutes les facultés de présenter les dix premiers ; et moi je venais à peine de soutenir. Donc ça m’a aidée de rentrer à la RTG par la grande porte.

Conakry Infos : Quelle a été votre toute première émission à la RTG ?

Aya Diawara : Arrivée à la RTG, ma toute première émission a été ‘’Duel du champion’’ avec Aboubacar Camara. On recevait les élèves et étudiants à l’école grâce à l’association Les Amis du Futur. Cette association avait un programme de jeu pour les écoles. Donc, c’était ma toute première émission à la télévision nationale. Après, ce fut ‘’A tout Cœur’’ après le départ de l’animateur Tosh Diabaté que je remercie à travers cette interview. Au départ, j’étais traductrice ;  lorsque les artistes parlaient en soussou, je traduisais en français. Ça veut dire qu’on apprend tout et quand on veut réussir on accepte tout. Donc j’étais traductrice de langue nationale en français. Avec le départ définitif de Tosh, maintenant la petite étudiante est devenue l’animatrice principale. Avant quand je rentrais à l’université, je me cachais parce que quand les amis me voyaient samedi à la télé, lundi quand je viens à l’école, tout le monde te regarde en te disant : On t’a vue hier à la télé. Donc il fallait se cacher parfois.

Conakryinfos : Avec votre réputation, avez-vous réussi à avoir des collaborations hors de la Guinée ?

Aya Diawara : Oui beaucoup ! Depuis 8 ans, je suis la correspondante en Guinée de l’émission Stars Parade que Bonkana Maiga anime sur TV5, où j’envoie les clips vraiment traditionnels de notre pays. Depuis 4 ans aussi, je présente sur l’ORTM Tounkagouna où j’envoie tout ce qui est guinéen ; ça c’est mes particularités. Chaque fois que TV5 vous invite dans un pays, tels que Benin, Togo ou Mali, vous vous retrouvez avec des consœurs et confrères venues d’autres pays. Voilà ces échanges que vous faites à tout moment avec des techniciens des grandes chaines de télé qui sont hyper formidables. Après vous voyez au fur et à mesure, vous vous dites que pour faire une bonne émission il vous faut une bonne équipe. Un réalisateur qui connait son animateur, un journaliste qui connait ton profil et au fur et à mesure vous vous forgez une petite famille ; et c’est ce qui fait évoluer le travail. Ce sont ces différentes expériences d’ailleurs qui aident Aya à être ce qu’elle est aujourd’hui.

Conakryinfos : Vous êtes l’initiatrice du concours de beauté ‘’Miss Parade’’ qui est finalement devenu ‘’Miss RTG’’ qui connait aujourd’hui une dimension  internationale. D’où est partie l’idée d’organisation de cet évènement qui regroupe chaque année les plus belles étudiantes de Guinée ?

Aya Diawara : Merci de le rappeler, c’était ‘’Miss-Parade’’ au départ. Quand je venais dans Parade, chacun me donnait des conseils pour changer un peu l’émission. Mohamed Bank’s qui animait cette émission était mon coach. Il me disait : ‘’si tu veux réussir dans Parade, il faut que tu sortes. Il faut que tu crées de nouvelles choses, car nous, on est toujours dans les mêmes endroits, dans les mêmes hôtels. Il faut que tu apportes du nouveau dans Parade. C’est surtout les sorties qui peuvent t’apporter ces nouvelles choses’’. Donc la première année, je suis partie faire un tour à l’intérieur du pays. Je suis allée à Mamou et à Kindia avec mes propres moyens. Les techniciens Georges et Oumar Le Bon le savent très bien, car ils étaient toujours avec moi. On a été faire le tour de la Guinée ; et quand on est revenus à Conakry, on s’est posé la question de savoir comment attirer les jeunes guinéens à regarder la télévision nationale ? A l’époque je n’étais qu’une simple animatrice d’émission qui s’appelle Parade. Donc pendant les trois mois de vacances, on s’est dit de créer une petite télé-réalité pour réunir les jeunes filles, et les filmer. Pendant le tournage de Parade, on enlevait un ou deux clips dans Parade pour mettre ces filles-là. C’est comme ça que je dirigeais mon émission jusqu’à ce que je sois nommée à la tête de la section culturelle de la RTG. Donc, avec ce poste administratif, j’ai décidé de faire appeler ce concours de beauté ‘’Miss RTG’’ pour avoir une grande ampleur. Au nom de la section culturelle de la RTG, on a grandi, on a sorti complètement une émission à part entière, car ce n’était plus une rubrique. Pendant trois mois, les candidates suivront des formations pour finir le 31 décembre en une grande fête filmée pour les téléspectateurs.

Conakryinfos : Pendant vos 15 ans de carrière à la télévision guinéenne, quels sont vos meilleurs et mauvais souvenirs ?

Aya Diawara : Mon meilleur souvenir, c’est quand je suis sortie pour la première fois de la Guinée. Petite diplômée que je suis, j’ai un visa pour aller faire un tour en France et revenir avec cette émission. On te disait, il faut rester là-bas. Tu dis NON, si je reviens avec une belle émission, on va dire Waouh, Gaou à Paris. Donc, il y avait cette envie de continuer et de réussir que de ne pas fuir. Donc je pars en France, et j’y fais ma première émission. J’avais un billet de deux semaines. En ce moment, tellement qu’il y avait la galère, je n’ai pu faire seulement que cinq jours à Paris. A mon retour, ç’a fait du boom à la télévision nationale. Les gens disaient, elle a réussi à faire Parade à Paris. Ça c’est des bons souvenirs que j’aime partager souvent.

Les mauvais souvenirs ? Il y en a toujours, surtout sur le plan technique. Lorsque vous êtes fier d’une émission, surtout ‘’A tout Cœur’’ avec une seule caméra. Vous partez filmer, vous revenez trouver qu’il n’y a pas de son, vous allez vous retrouvez dans un océan de déception. A tel point parfois, vous vous dites que vous n’allez plus jamais présenter.

Conakryinfos : Avez-vous des conseils à prodiguer aux jeunes filles qui voudraient vous imiter ?

Aya Diawara : Non ! Je ne leur dirai pas de m’imiter, plutôt de faire plus que moi avec plus de sourire. Il faut toujours être gentil avec les gens, car il y a trop de stress dans le monde. Quand ils allument leurs télés, ils ont envie d’apprendre, de rigoler et de sourire. Donc, c’est ça la force aussi de l’animation.

Je demanderai aux jeunes de se cultiver et d’être patient. Je pense qu’il y aura beaucoup d’animateurs, parce qu’avant, quand tu es animateur, on se moquait de toi. Aujourd’hui, nous avons réussi à donner envie à la nouvelle génération de se lancer dans l’animation. On a fait comprendre qu’on peut être animateur, bien manger, bien dormir et réussir. Il suffit de bien faire son boulot dans de bonnes conditions, de dire ce que tu penses, de donner du bon aux téléspectateurs. Je peux dire aujourd’hui que l’animation fait vivre, puisque je vis de ça ; sinon je suis diplômée en journalisme. Je pouvais faire comme les autres, mais j’adore l’animation.

Conakryinfos : Vous travaillez actuellement pour la télévision nationale guinéenne. Qu’aimeriez-vous faire après votre départ de la RTG ?

Aya Diawara : Ecoutez ! Je suis fonctionnaire d’Etat travaillant pour la RTG. Pour le moment, je ne pense qu’à la RTG ; c’est ma vie. Je fête simplement mes 15 ans de télé pour montrer que c’est possible de réussir dans son métier.  Maintenant pour la suite, ça viendra. Mais pour l’instant, je suis à la RTG pour continuer de sourire aux téléspectateurs. Bref, la RTG est tout pour moi aujourd’hui.

Conakryinfos : Que vous inspire le rappel à l’ordre que le président de la République vous a fait un jour dans une de ses sorties médiatiques ?

Aya Diawara : Oui, c’est vrai le président Alpha Condé m’a rappelé à l’ordre un jour. Ecoutez ! Par le passé, les présidents Lansana Conté et Dadis Camara aimaient aussi regarder Parade. Donc, si le président Alpha Condé me fait la remarque en parlant comme s’il ne connaissait pas l’émission en disant : ‘’surtout les émissions qui passent les samedis’’. Quand le chef de l’Etat se plaint qu’on ne met pas la musique des anciens, ça prouve que vous devez être sérieux dans ce que vous faites. Ça veut dire qu’on a une grande responsabilité.

A Parade, on rigole, et le lendemain, c’est l’émission la plus stressante, car vous avez des vieux, des vieilles, des jeunes, des enfants, toutes sortes de catégories de personnes qui regardent Parade. Il faut les satisfaire en mettant la musique qu’ils aiment.

Conakryinfos : Votre mot de la fin à l’ occasion de la célébration de vos 15 ans de services à la télévision nationale ?

Aya Diawara : Je dis merci aux techniciens, merci à ceux qui ont eu confiance en moi depuis ma première venue dans la cour de la RTG. C’est vrai qu’il y a des bobos, mais l’essentiel c’est la fin. Donc je veux dire merci aux Guinéens et leur dire qu’ils sont notre raison d’être en tant que téléspectateurs, parce que, quels que soient tes problèmes, quand un téléspectateur te trouve dans la rue, « il dit mais hier tu m’as fait rire, tu as parlé de tel, tu  as fait ça, ils sont contents ». C’est eux ma source d’inspiration. Donc, je les remercie et leur dis de continuer à nous donner le tonus de pouvoir les servir davantage. Car, c’est grâce à eux que je vis.

Conakryinfos : Merci Madame.

Aya Diawara : Merci à la direction de Conakry Infos pour l’opportunité que vous m’offrez. Je ne saurai terminer sans passer un message de paix et de solidarité, de positivité entre Guinéens.

 

 

 

Une interview réalisée par : Boua Kouyaté, Boubacar Sidy Bah et Ramatoulaye Bah

Tel: 620 02 03 06

Commentaire Facebook