full screen background image

Bicéphalisme au SLECG : Le ministère du travail porte l’affaire devant la justice


Le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) connait actuellement un bicéphalisme qui continue de porter un coup dur au système éducatif guinéen.

Après l’élection d’Aboubacar Soumah au poste de secrétaire général du SLECG par son camp, celui de Souleymane Sy Savané a aussi ouvert ce mercredi 16 mai les travaux de son congrès pour renouveler, dit-il, son bureau exécutif.

Face à cette zizanie qui ternit l’image du syndicat des enseignants et risque fort de perturber le bon déroulement des examens nationaux, le ministère du travail, par l’entremise de l’inspection générale du travail, a décidé de porter l’affaire devant le tribunal du travail, afin de trancher définitivement ce litige qui continue de défrayer la chronique dans la cité.

Voici ci-dessous, le communiqué du ministre de l’enseignement technique, de la formation professionnelle, de l’emploi et du travail, porte-parole du gouvernement :

Le Ministère en charge du Travail informe que depuis le mois de février 2018, saisi des dissensions au sein du SLECG, il s’est employé à plusieurs reprises pour amener les parties à organiser un congrès inclusif qui permettrait, une fois pour toutes, de garantir aussi bien la légalité que la légitimité des instances dirigeantes de ce syndicat.

Devant l’intransigeance des antagonistes, revendiquant chacun la direction de cette organisation, l’Inspection Générale du Travail a décidé ce jour le 16 mai 2018 de transmettre le litige devant le Tribunal du Travail par courrier référencé 080/MTEETFP/CAB/IGT.

Le Ministère en charge du Travail rappelle par la même occasion qu’il respecte l’indépendance des organisations syndicales et que, conformément à la Loi et à ses attributions, il ne lui appartient ni d’interdire ni d’organiser le congrès d’une organisation syndicale.

Damantang Albert Camara

Ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travail, Porte-Parole du Gouvernement

 

Mohamed Sylla

Commentaire Facebook