full screen background image

Des commerçants victimes de pillages en 2013 projettent une marche pacifique le 3 août à Conakry


Le collectif des commerçants victimes de pilages en 2013 au nombre de 442 projettent de faire une marche pacifique le 3 août prochain à Conakry. L’annonce a été faite lundi 10 juillet par leur porte-parole, Émile Togba au cours d’une conférence de presse qu’il a animée à la Maison de la Presse à Coleah.

Dans sa communication, Émile Togba porte parole du collectif met avant tout en garde le gouvernement de prendre toute les dispositions nécessaires de les dédommager avant le 20 juillet 2017, sinon au cas contraire dira Émile Togba.

«Nous informons le président de la République et son gouvernement, la classe politique guinéenne, le peuple de Guinée, que trop c’est trop ! On en a marre malgré tous les efforts consentis. Alors, nous informons le gouvernement que d’ici le 20 juillet 2017, si les victimes que nous sommes ne sont pas indemniser, le 3 août 2017, nous allons sortir pour manifester. Si nous sortons, nous resterons jusqu’à la satisfaction de nos revendications », a-t- il martelé.

Émile Togba porte parole du collectif des commerçants victimes de pillages en 2013.

A cet effet, il lance un appel à tous les commerçants et opérateurs économique du pays de respecter le mot d’ordre de marche du 03 août 2017.

« On informe tous les opérateurs économiques et commerçants, de Yomou à Conakry, de fermer leurs boutiques pour manifester jusqu’à ce qu’on soit entendus par les autorités. Cela jusqu’à la satisfaction des victimes », a lancé M. Togba.

Par ailleurs, pour le collectif, l’État est le seul garant à indemniser les victimes des pilages de 2013.

« On ne met pas la pression sur l’État, on ne le force pas. Mais c’est son devoir et c’est une obligation pour lui d’indemniser les victimes des pilages de 2013 ; et cela est incontournable », a-t-il indiqué.

Même si pour le moment l’itinéraire de la manifestation n’a pas été dévoilé par le collectif, ils comptent se rendent à la Primature, munis de pancartes sur lesquelles, pourra-ton lire des slogans tels « L’État est le seul garant de notre indemnisation. Car il est le seul garant de la sécurité des citoyens et de leurs biens ».

 

 

Balla Moussa Traoré

 

 

Commentaire Facebook