full screen background image

Ebola en Guinée : le ministre de la Santé et plusieurs hauts cadres vaccinés contre le virus


remy_lamah_ministre_sante [dropcap]L[/dropcap]a Commune de Ratoma à Conakry (Guinée) a servi de cadre pour le lancement de la vaccination test du candidat vaccin contre Ebola en Guinée, samedi, rapporte un communiqué de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

La Maladie à Virus Ebola (MVE) qui sévit dans la sous-région africaine depuis 2014 a fait des milliers de morts dans les trois pays les plus touchés que sont le Liberia, la Sierra Leone et la Guinée. Dans ce dernier pays, les données épidémiologiques font état de 3262 cas dont 2151 décès à la date du 7 mars.

Pour lutter contre Ebola, les équipes de recherche ont mis au point deux candidats vaccins issus de laboratoires des USA et de Grande-Bretagne. Le vaccin retenu pour l’essai vaccinal en Guinée a été développé par l’Agence de Santé Publique du Canada et il est produit par le laboratoire américain Merck. Avant la Guinée, ce vaccin a été testé sur plus de 300 personnes au Canada, aux Etats-Unis d’Amérique, en Allemagne, au Gabon et en Afrique du Sud et ce, depuis octobre 2014.

Samedi, l’essai vaccinal a été officiellement lancé suite à l’autorisation donnée par les autorités nationales compétentes. Une dizaine de haut-responsables se sont porté volontaires et ont été vaccinés devant un large public très enthousiaste.

Parmi ceux-ci, le ministre de la santé de Guinée, le Médecin-Colonel Rémy Lama, la sous-directrice Générale de l’OMS, le Dr. Marie-Paule Kieny, le représentant de l’OMS en Guinée, le Pr. Jean-Marie Dangou, le coordinateur national de la lutte contre Ebola, le Dr Sakoba Kéita, ainsi que des religieux et plusieurs volontaires de la Croix-Rouge guinéenne.

Les volontaires ont été encouragés à s’enrôler pour cet essai dont les résultats sont très attendus pourraient changer l’histoire de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest et dans le monde s’ils sont positifs. En effet, comme dans tout essai clinique, la participation est volontaire et seulement les personnes éligibles qui donnent leur consentement éclairé seront vaccinées. Fait important, que les personnes âgées de moins de 18 ans et les femmes enceintes sont exclues de cet essai vaccinal.

En Guinée, l’option a été prise de vacciner en priorité les travailleurs qui sont en première ligne dans la lutte contre Ebola. Dans un second temps, l’essai visera les personnes qui ont eu des contacts avec des cas confirmés, de même que les contacts de ces contacts. Dans l’ensemble, l’essai durera six mois avant que les premières évaluations ne se fassent par des agences indépendantes.

Les personnes vaccinées seront suivies pendant 84 jours pour mesurer l’efficacité du vaccin et les éventuels effets indésirables. Les principaux partenaires sont le ministère de la Santé de Guinée, Médecins sans Frontières, Epicentre, l’Institut norvégien de santé publique, EMlab. L’essai est coordonné et parrainé par l’OMS.

Par la voix du ministre de la Santé, le Premier ministre de Guinée, Mohamed Saïd Fofana, a invité tous les acteurs à soutenir cet essai vaccinal qui sans nul doute ouvre la voie à une nouvelle ère pour une victoire définitive contre Ebola. « Par cet acte, nous aurons contribué à donner l’espoir à l’humanité toute entière », a-t-il conclu.

Conakryinfos avec AIP

Commentaire Facebook