full screen background image

Fin de la marche : Les manifestants exigent la réduction immédiate du prix du carburant à 8 000 GNF


La société civile guinéenne était dans la rue ce mardi 10 juillet pour protester contre l’augmentation du prix du carburant à la pompe par le gouvernement.

Cette marche a connu une forte mobilisation de manifestants estimés par les organisateurs à plus d’un million de personnes avec la participation de plusieurs acteurs de la société civile guinéenne, ainsi que certains leaders dont Faya Millimouno du BL, Thierno Mamadou Bah du NGC et Aliou Bah. On notait également la présence du coté des artistes, Elie Kamano et Mamadou thug.

Après plusieurs heures de marche qui est partie du rond-point de Yimbaya-Tannerie,  sur l’autoroute Fidel Castro en passant par le rond-point de Bellevue, les manifestants ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire entre autres : « essence 8 000 GNF ou rien » ; « le peuple refuse cette injustice sociale ».

Arrivés sur l’esplanade du stade du 28 septembre, où attendait une foule sous le soleil ardent, les leaders des forces sociales se sont succédé dans les interventions pour dénoncer cette augmentation du prix du carburant qu’ils qualifient de « fantaisiste » de la part du gouvernement.

C’est le cas de Dansa Kourouma, président du CNOSCG, qui, dans un premier temps est revenu sur l’objectif de cette marche.

 « L’initiative de cette marche s’inscrit dans une dynamique de revendications contre la hausse du prix du carburant. Ici, aujourd’hui c’est le peuple qui s’exprime pour dire au gouvernement de la République de Guinée que la société civile guinéenne a pris ses responsabilités, désormais la recréation est terminée. On donne 24 heures au gouvernement, si le prix du carburant ne baisse pas, cette fois-ci au lieu de 1 million de personnes, nous allons mobiliser plus de 10 millions de personne dans la rue », a déclaré Dansa Kourouma.

Pour Abdourahmane Sanoh de la PCUD, il n’en est pas question que le peuple recule face à cette injustice sociale et appelle à plus de responsabilité pour tenir bon contre toute infiltration et resserrer les rangs dans le combat pour l’instauration de la justice sociale.

« Les pauvres citoyens ne peuvent plus continuer à être sacrifiés à cause d’une minorité qui est là à profiter sur le dos du peuple. Tous unis, nous vaincrons », a-t-il soutenu.

De son coté, Sékou Koundouno du Balai Citoyen a aussi invité les forces sociales à agir dans l’intérêt supérieur de la nation, qui colle aux idéaux des organisations de la société civile étant l’interface entre l’Etat et les citoyens.

La marche organisée par les forces sociales contre l’augmentation du prix du carburant à la pompe s’est déroulée sans aucun incident grâce aux dispositifs sécuritaires mis en place par le colonel Balla Samora de la gendarmerie régionale de Conakry et ses hommes, ainsi que les observateurs de la société civile qui étaient fortement déployés sur le terrain pour cadrer la manifestation.

 

Facély Diawara et Boubacar Sidy bah

Tel : 628 51 43 33/ 620 38 31 31  

Commentaire Facebook