full screen background image

Grève des enseignants : Des élèves encore dans la rue, la police utilise du gaz lacrymogène


Lundi matin, nombre d’élèves de Conakry ayant fait le déplacement dans leur établissement ont dû rebrousser chemin à cause de l’absence notoire des enseignants qui continuent de suivre le mot de grève déclenchée par le SLECG  sous la direction d’Aboubacar Soumah.

A Kaloum, mécontents de l’absence d’enseignants dans les écoles, les élèves de Kaloum venus des collèges 1 et 2 de Boulbinet, en passant par le collège Chateue d’eau d’Almamya et le lycée 2 Octobre,  sont descendus dans la rue pour protester contre ce fait en scandant des slogans hostiles au régime et au ministre de l’enseignement préuniversitaire, Ibrahima Kalil Konaté ‘’K² ».

Dans leur colère, certains élèves se sont attaqués à des écoles privées dont les élèves suivaient normalement les cours.

Par endroit, la manifestation a failli déborder avec des jets de pierre. Il a fallu l’intervention des agents du commissariat central de police de Kaloum pour disperser la foule.

Dans la haute banlieue de Conakry, notamment dans les communes de Ratoma et Matoto, les cours ont été perturbés par l’absence des enseignants.

Cette situation a poussé certains élèves à descendre dans la rue pour barricader les routes et bruler des pneus.

Au regard de cette situation qui a commencé à dégénérer dans certains quartiers, les forces de l’ordre ont réagi en faisant usage de gaz lacrymogène pour disperser les élèves qui ont pris d’assaut les autoroutes Field Castro et Le Prince.

En attendant un accord entre les syndicalistes grévistes et les autorités de l’éducation nationale, les élèves sont obligés de prendre encore leur mal en patience malgré le retard déjà accusé dans le déroulement des programmes scolaires.

Démarré depuis le 13 novembre dernier, la grève déclenchée par le SLECG continue de paralyser le système éducatif guinéen au grand dam des parents d’élèves dont certains continuent de payer la scolarité de leurs enfants qui ne vont pas à l’école.

 

 

Mohamed Sylla

 

 

 

Commentaire Facebook