full screen background image

Grève des enseignants : Le gouvernement accepte enfin les 40% demandés par le SLECG


Après trois semaines trois semaines de grève ayant abouti à la fermeture des écoles en Guinée, le gouvernement guinéen vient d’accepter, au cours des négociations au Palais du Peuple, les 40% réclamés par le syndicat des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG), a rapporté un journaliste de Conakry Infos.

Après avoir accepté de payer 10% le mois passé sur le salaire des enseignants, le gouvernement s’engage à payer les 30% restant afin de compléter les réclamations à 40%.

Mais le gouvernement a précisé que ces 30% seront payés de façon graduelle à compter du mois de mai prochain : 10% en mai, 10% en novembre 2018 et 10% en janvier 2019.

« Le gouvernement prie les enseignants d’accepter que dès le mois de Mai 10% soit versé,  avant la rentrée prochaine 10% autre soit versé et dès le début de l’année 2019 le reste de 10% soit versé », a indiqué le ministre de l’Unité Nationale et de la Citoyenneté, Kalifa Gassama Diaby.

En outre, Gassama Diaby a annoncé que le gouvernement propose aussi aux enseignants la tenue d’une assise nationale sur les conditions de vie et de travail des enseignants pour que l’Etat puisse écouter sereinement avec responsabilité.

« Troisième proposition, le gouvernement va mettre en place très rapidement un mécanisme de participation effective du SLECG dans la gestion du budget du département auquel vous relevez afin de permettre de garantir plus transparence », a ajouté Gassama Diaby.

En fin, le gouvernement a aussi annoncé la mise en place d’un comité national sur la bonne gouvernance en Guinée très prochainement avec la participation du pouvoir public, de la société civile, du SLECG et du patronat.

Devant l’intransigeance des représentants du SLECG aux négociations, les représentants de l’Etat ont plaidé auprès du président Alpha Condé pour accepter les 40% réclamés par les enseignants, a rapporté une source proche du gouvernement.

Face à la proposition du gouvernement, les représentants se sont réjouis du geste qu’ils n’acceptent d’emblée sans une concertation du bureau exécutif du SLECG.

« Nous prenons acte des propositions du gouvernement relatives aux 40% qu’on réclame. Pour le moment, nous préférons nous retourner à la base pour consultations samedi à notre siège avant de donner une réponse consensuelle aux représentants du gouvernement dans les négociations au Palais du Peuple », a déclaré un syndicaliste ayant participé aux débats.

Depuis le 12 février dernier, une grève générale illimitée secoue le système éducatif guinéen avec pour conséquences, la fermeture de toutes les écoles du territoire national.

 

 

Mohamed Sylla, depuis le Palais du Peuple

Commentaire Facebook