full screen background image

Il y a 45 ans que le régime de Sékou Touré pendait 80 Guinéens à travers tout le pays


deux-des-4-pendus_25-janviers-1971-camp-boiro [dropcap]2[/dropcap]5 janvier 1971-25 janvier 2015, il y a 45 ans, jour pour jour que le régime de Sékou Touré a procédé, à travers tout le pays, à une série de pendaison de Guinéens accusés de complots contre le pouvoir.

Sans aucune forme de jugement équitable, ces Guinéens dont la grande majorité était des hauts cadres, des officiers supérieurs et des hommes d’affaires, ont été pendus avec une plus grande humiliation jusqu’à ce que mort s’en suive.

Parmi ces victimes, les plus célèbres au nombre de quatre (4) ont été pendus sous le pont de Tombo, connu sous le nom du pont du 8 Novembre. Il s’agit de Baldé Ousmane, ex-gouverneur de la BCRG, Ibrahima Barry dit Barry 3, Moriba Magassouba et Kéita Kara de Soufiana.

On comptait également des victimes qui ont été fusillées dont entre autres, Loffo Camara et Habib Tall.

A l’occasion de la célébration de ce triste anniversaire, l’Association des victimes du camp Boiro (AVCB) a entamé ce lundi 25 janvier 2016, une série d’activités commémoratives.

Pendant cette journée, cette association s’est réunie sous le pont du 8 Novembre pour un recueillement en la mémoire de tous les disparus.

De là, les membres de l’association se rendront au camp Boiro, aujourd’hui baptisé camp de Camayenne, où une cérémonie de pose de la première pierre d’une stèle en la mémoire des victimes est prévue.

Conakryinfos vous publie la liste des victimes connues de cette tragédie qui a vidé la Guinée de tous ses grandes cadres dans tous les domaines.

pendus1

pendus2

 pendus3

Commentaire Facebook




3 thoughts on “Il y a 45 ans que le régime de Sékou Touré pendait 80 Guinéens à travers tout le pays

  1. Mansare paris france

    Juste pour mettre à la face de la jeunesse guineenne , que tous les pendus depuis 45 ans , en la date de 15 juillet 1970, ne sont pas des victimes. Mais plutôt des coupables qui ont trahis leur nation, à cause des pots de vin donc des traitres à la solde de l’impérialisme.ils ont tous reconnus leur forfaiture devant les enquêteurs onusiens et europeens , ils ont été condamnés et pendus ou executes sans état d’âme. Leurs familles pleurent leur exécution , c’est de leur droit le plus absolu.Mais qu’ils pensent aussi aux victimes tombés sous les balles de ces vendus. Que Dieu Benisse la guinée

    1. N FATARA

      Mr Mansaré, vous aviez raison,en ce jour, du 22/11/1970 LE PEUPLE DE GUINÉE sait réveillez sous les balles de ces mercenaires avec la complicité de ces guinéens apatrides qui n avaient rien compris de ce que voulait dire la liberté , ce peuple téméraire qui avait choisit d’être libre sans rien , même le général avait compris et accepter , SES AUTRES FRÈRES qui voulaient profiter de leur position sociale ont voulu tout faire pour nous rendre plus esclave qu’avant , le peuple de guinée comme un seul sait levé pour dire NON pour une deuxième à la face du monde que la guinée ne sera plus sous tutelle de qui que ça soit, et par la voix de Hadja MAFORY BANGOURA SUR LES ANTENNES DE LA VOIX DE LA REVOLUTION ( la voix du changement) qui avait demandé au peuple de se levé et de bouter l’ennemi dehors, l’histoire est le récit des événements passés , dire la vérité historique est la seule voie qui peu nous amené la réconciliation nationale

Comments are closed.