full screen background image

Kaloum : Routes barricadées, pneus incendiés, une effigie du président Condé déchirée (photos)


Depuis le 12 février dernier, le système éducatif guinéen est paralysé par une grève générale illimitée lancée par le syndicat libres des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG).

Pour l’heure, aucune lueur d’espoir ne se dessine pour trouver une solution à cette crise qui est en train de s’enliser. Et pour cause !

Ce lundi matin, des jeunes et des femmes sont massivement sortis pour barricader tous les carrefours par des pneus incendiés dégageant de grandes fumées visibles à des kilomètres.

De Boulbinet à Coronthie en passant par Tombo, Manquepas, Kouléwondy et Sandervalia, ces manifestants réclament la réouverture des écoles par un compromis entre le gouvernement et les syndicalistes qui ont rejeté samedi le paiement des 40% restants par tranche.

A Manquepas, non loin de la banque Skye Bank, des effigies du président Alpha Condé installées par un groupe de jeunes soutenus par l’opérateur économique Aboubacar Bobody Camara, ont été déchirées par des jeunes et des femmes en colère exigeant vaille-que-vaille la réouverture des écoles.

A Kaloum, la circulation reste paralysée par des barricades érigées partout. Dans les quartiers de Kaloum, des pneus brulent partout au grand dam des forces de l’ordre qui par endroit, empêchent les manifestants de bruler les pneus sur la chaussée.

Dans la foulée, les forces de l’ordre composées de gendarmes et de policiers sont intervenues pour dégager les barricades sur certaines ruelles auxquelles elles ont accès.

Dans leur intervention, les forces de l’ordre n’ont pas encore fait usage de leurs armes composées essentiellement de bombe à gaz lacrymogène.

Pour l’heure, la situation reste tendue dans les différents quartiers de Kaloum, où des jeunes et des femmes réclament la réouverture des classes.

Mohamed Sylla, depuis Kaloum

Commentaire Facebook