full screen background image

Labé : Hausse vertigineuse des prix à quelques heures de la fête de Ramadan


A l’instar de leurs coreligionnaires, les fidèles musulmans de Guinée célébreront dans moins de deux jours la fête de l’Aïd-el-fitr ou la fête de Ramdan.

Dans la commune urbaine de Labé, vendeurs et acheteurs se donnent rendez-vous au grand marché puisque l’heure est aux préparatifs pour se rendre plus belle le jour de la fête malgré la flambée des prix.

Selon le constat de la correspondante régionale de Conakryinfos et certains acheteurs rencontrés au grand centre de négoce de Labé, les prix sont à la hausse par rapport à l’an passé.

Les vendeurs quant à eux se disent satisfaits de la forte affluence cette année. Si on prend les habits pour enfant, ils se négocient entre 50 et 300 milles francs guinéens et les chaussures de 30 à 100 mille. Un complet bazin pour femme cousu ou non, se vend entre 250 mille  et 2 millions  500 mille, les sacs et pochettes varient entre 35 et 300 mille. Pour les hommes, que ca soit tissu ou bazin, le prix est fixé entre 250 mille et 1 million 500, leurs chaussures entre 90 et 300 mille francs.

Parlant des aliments, un kilogramme de poisson est vendu entre 22 et 30 mille malgré que le prix habituel soit 20 et 25 mille et cela depuis que la pénurie de viande de bœuf a été enregistrée au début du mois de Ramadan. Un manque qui persiste toujours d’ailleurs, car avoir un kilo à la boucherie du marché central,  il faut un vrai parcours de combattant tout en déboursant 35 mille au lieu de 30 mille malgré la suspension d’un boucher de ses fonctions récemment par les autorités communales après avoir vendu le kilogramme à 35 mille GNF.

Il faut signaler que chaque année, à l’approche de la fête de Ramadan dans la commune urbaine de Labé, les prix de tous les articles nécessités par les citoyens sont revus à la hausse. Une montée des prix qui serait due selon bon nombre d’observateurs du fait que l’offre soit inférieure à la demande, mais aussi l’absence totale d’un service de contrôle des prix, une chose qui pousserait certains commerçants à se tirer d’affaires comme bon leur semble.

 

Aïssatou Diallo, correspondante régionale de Conakry infos

Tel : 654 51 60 90

Commentaire Facebook