full screen background image

Marche de l’opposition : Le commandant de la CMIS avertit !


Le Directeur national des Compagnies mobiles d’intervention et de sécurité (CMIS), le général Ansoumane ‘’Baffoe’’ Camara a mis en garde jeudi l’opposition sur toute violation du communiqué du gouverneur de Conakry, le général Mathurin Bangoura, délocalisant la manifestation de rue des opposants sur l’autoroute Le Prince.

Selon le gouverneur de Conakry, la marche de l’opposition sur l’autoroute Le Prince (Cosa-Bambeto) est autorisée en lieu et place de celle qu’elle projette d’organiser sur l’autoroute Fidel Castro à partir du rond-point de la Tannerie jusqu’à Bambeto via Yimbaya et l’aéroport de Conakry.

Malgré le changement d’itinéraire par le gouverneur de Conakry, l’opposition signe et persiste qu’elle va marcher sur l’autoroute Fidel Castro.

« Seules les collectivités peuvent interdire, autoriser ou faire changer l’itinéraire, selon le code pénal dans ses articles 621. Le gouverneur n’intervient que lorsque les collectivités ont interdit. Là aussi, il ne peut qu’infirmer ou confirmer (…) », a déclaré Alhoussein Makanera Kaké dans l’émission ‘’Les Grandes Gueules’’ de la radio Espace.

Face à cette insistance de l’opposition, le coordinateur national des CMIS a indiqué que les instructions du gouverneur de Conakry seront appliquées à la lettre en interdisant toute manifestation sur l’axe Tannerie-Aéroport-Bambeto.

« Le communiqué du gouverneur nous a sommés d’encadrer la marche de Cosa à Bambeto ; ce qui va être fait strictement et dans l’ordre indiqué par le gouverneur. Nous avons reçu  aussi le concours du maire de Ratoma pour encadrer la marche de Cosa à Bambeto. Quant à la mairie de Matoto, elle nous a intimés d’interdire la marche qui devrait se dérouler du rond-point de la Tannerie en passant par Yimbaya, aéroport et Bambeto », a martelé le général Baffoe.

Parlant de toute tentative de marche de l’opposition sur l’autoroute Fidel Castro, le directeur national des CMIS reste catégorique.

« J’ai entendu un ministre s’interroger si nous sommes des républicains. Effectivement, nous sommes des républicains, donc des exécutants de la loi, puisqu’il y a désormais en République de Guinée une loi sur le maintien d’ordre votée par l’actuelle Assemblée nationale. Cette loi stipule que les forces de l’ordre sont à la solde de l’autorité civile ; puisque les autorités civiles actuelles sont les maires, nous appliquons leurs instructions », a-t-il affirmé.

« Ici à la Tannerie, aucune marche ne va se tenir. Celui qui viendra nous agresser ici, l’intéressé sera pris et déposé à l’endroit indiqué (…) », a averti le général Baffoe.

 

 

Boubacar Sidy Bah (stagiaire)

Tel : 620 38 31 31

Commentaire Facebook