full screen background image

Ramadan 2017 : Le ministre du Commerce rassure les consommateurs


[dropcap]Q[/dropcap]uelques jours avant le début du mois saint de Ramadan, le ministre du Commerce, Marc Yombouno a, au cours d’un entretien accordé à  notre rédaction,  annoncé les nouvelles  dispositions prises par son département et quelques opérateurs économiques pour soulager le panier de la ménagère par la stabilisation des prix des denrées de première nécessité.

A l’entame de ses propos, Marc Yombouno est revenu sur la récente concertation qu’il a eue avec les opérateurs économiques de la place.

« A l’approche du mois saint, nous avons déjà dans nos habitudes,  la tenue de ces genres de concertations avec le secteur privé pour échanger ensemble sur les préoccupations du moment et faire en sorte que le secteur privé et le gouvernement puissent harmoniser les points de vue et faire en sorte qu’on trouve des solutions idoines avant le mois de ramadan pour que les prix restent les mêmes. C’est-à-dire la stabilisation des prix s’il faut même aller à la  baisse. C’est cette rencontre que nous avons tenue mercredi 17 mai. Il faut noter d’abord  que nous avons  eu une autre rencontre avec les importateurs et grossistes qui importent les produits de  première nécessité », a-t-il déclaré.

Selon lui, suite à cette rencontre préliminaire, il a constaté que dans le pays qu’il y a une disponibilité suffisante de denrées de première nécessité.

« La consommation moyenne par exemple en riz est de 50 mille tonnes et la disponibilité dans les magasins dépasse. Et nous allons plus loin à connaitre les prévisions de ces opérateurs. Ces prévisions aussi prouvent à suffisance que les commandes nous   permettent de couvrir la période de soudure  qui va venir un ou deux mois après le  mois Ramadan. Et hier au vu de toutes ces informations ou de la confirmation de ces informations par les opérateurs économiques….., opérateurs et parties étatique, nous avions pris des parts de responsabilité pour faire en sorte que le prix soit stable sur le marché », a promis M. Yombouno.

Même si pour le moment rien n’est dit sur la baisse du prix des denrées de première nécessité, mais tout de même, Marc Yombouno donne l’assurance.

« S’il y a suffisamment de produits, il va s’en dire que les prix seront stabilisés. Et nous, en ce qui nous concerne au niveau du ministère du Commerce sur l’importation, nous allons sensibiliser ces opérateurs qu’il ait une disponibilité de denrées de première nécessité. Cela m’a déjà rassuré (…).Il  y a suffisamment de stocks. Il y n’a pas pénurie de denrées de première nécessité ; et nous veillerons à ça. Donc, il ne faudrait pas que les gens se lancent dans la spéculation. Ça y va dans l’intérêt de tous »

Pendant ce mois, certains commerçants augmentent les prix à leur volonté, mais cette fois-ci, le département du commerce en collaboration avec les Services Spéciaux et de la lutte contre le grand banditisme et le crime organisé comptent mettre fin à cette attitude.

« Si on détecterait sur le marché, les cas de tendance à la spéculation sur des produits, on va faire en sorte que les services de répression nous aident à identifier et à gérer ces cas. Et l’association des consommateurs qui va nous aider à gérer ces cas de malveillance dans le cadre des échanges ou bien des opérations commerciales », a martelé Marc Yombouno.

Mais tout reste à croire d’après notre constat dans les marchés que les prix ont augmenté et diminué par endroit.

Au marché Niger par exemple dans la commune de Kaloum, le riz d’un bidon d’huile  de 20 litres qui était vendu entre 200 000 GNF et 210.000 GNF est passé à 215.000 GNF, contrairement au prix du sucre ou le prix reste inchangé.

 

Balla Moussa Traoré

Conakryinfos.com

Commentaire Facebook