full screen background image

Un journaliste sportif agressé par des membres de « l’état-major d’Antonio Souaré »


Le journaliste sportif Mamoudou Bory Bah a été physiquement agressé mardi 11 juillet dans l’enceinte du stade du 28 septembre à Conakry par un groupe de personnes qui se fait appeler « Etat-major du président Antonio Souaré », a révélé samedi l’association de la presse sportive de Guinée Pathé Diallo (APSG).

Attaqué dans le restaurant du stade, Bory Bah, Directeur de publication de Guinée Sports et Secrétaire général de l’APSG, a été pourchassé par ses agresseurs qui l’ont poursuivi jusque dans la salle d’entrainement des judokas et des boxeurs qui sont venus à sa rescousse.

« Quel que soit le ou les motifs invoqués par ces agresseurs, notre secrétaire général ne mérite nullement le sort, qu’ils voulaient lui réserver. Nous protestons vigoureusement pour ces agissements d’un autre âge qui n’honorent guère la famille sportive nationale », a martelé l’APSG qui dit « prendre à témoin l’opinion publique d’une quelconque intimidation ou agression dont serait victime Bory Bah dans les jours à venir ».

Mamoudou Bory Bah, Directeur du journal Publication de Guinée Sports.

Face à cette situation, l’APSG dit « se réserver le droit d’engager une procédure judiciaire contre les agresseurs de son membre, qui sont individuellement identifiés ».

En outre, l’APSG dirigée par Amadou Tham Camara a mis en garde tous les journalistes sportifs que « son association ne marquera désormais aucune solidarité envers les auteurs des délits de presse (diffamations, injures, etc.) commis sur les réseaux sociaux ».

Contacté par Sports7 Guinée, Bory Bah a expliqué sa mésaventure, précisant qu’il continuera à donner son point de vue sur le fonctionnement du football guinéen quel qu’en soit le prix à payer.

« Le mardi 11 juillet, j’ai été victime d’une agression physique à la cantine du stade du 28 septembre perpétrée par des personnes qui se font appeler état-major d’Antonio Souaré, avec à leur tête Ibrahima Sory Nimaga dit Bleu-Bleu, son chauffeur et un certain Mega Condé, ainsi que d’autres jeunes. Le motif, c’est un de mes journalistes du nom de Mamoudou Diallo qui a publié un poste sur Facebook, où i dit que la Feguifoot s’est fait entourer d’un état-major qui ne peut rien apporter au football guinéen. Comme ces egns n’ont pas vu l’intéressé, ils sont venus au stade pour s’attaquer à moi, car j’étais déjà dans leur ligne de mire. Donc, ils se sont attaqués à moi pour me blesser. Je n’ai eu la vie sauve que grâce aux judos et aux boxeurs qui s’entrainaient au Palais desSsports. Ce sont ces boxeurs et judokas qui les ont repoussés jusqu’à la terrasse. Etant blessé, j’ai saisi l’association qui a publié un communiqué pour condamner l’acte. Aussi, j’ai porté plainte contre ces membres de l’état-major d’Antonio Souaré », a-t-il raconté.

Megha Condé en compagnie du président Antonio Souaré.

A la question de savoir si le président de la Feguiffot, Antonio Souaré était au courant de son agression, Bory Bah accuse.

« Quand ils sont venus m’attaquer, ils ont dit que c’est nous qui critiquons le président Antonio Souaré. Donc, qu’ils sont venus mettre un terme à cela. Ils ont dit que désormais quiconque critique Antonio Souaré sera corrigé. Je me dis que d’une manière générale, c’est la liberté d’expression des journalistes qui est menacée aujourd’hui en Guinée. Car, l’arrivée d’Antonio Souaré a été beaucoup saluée par des journalistes qui l’attendaient comme un messie. Mais c’est la première fois qu’un journaliste est attaqué.

Depuis cette agression, il n’y a eu aucun acte de la part du président Antonio Souaré et ses proches pour condamner l’acte de son état-major. Mes agresseurs se sont permis de porter plainte contre moi au commissariat de Dixinn. En tenant compte des propos de mes agresseurs tenaient, beaucoup d’observateurs pensent que c’est un acte commandité par Antonio Souaré ou ses proches (…) », a-t-il indexé.

Allez-vous baisser les bras face aux intimidations ?

« En tant que journaliste, je suis libre de donner mon point de vue sur le fonctionnement du football guinéen. Si des gens veulent me faire taire, je leur dirais que je continuerai à mettre en exergue toutes les bonnes actions, et dénoncer toutes mes mauvaises actions qui sont en train d’être posées sur le terrain. Et personne ne pourra m’empêcher de faire cela. Ce n’est même pas la peine de chercher à m’abattre parce que je continuerai à faire mon travail de façon professionnelle, quel qu’en soit le prix, à dénoncer les mauvaises pratiques au niveau du football guinéen  », a averti le Directeur de publication de Guinée Sports.

Ibrahima Sory Nimaga alias Bleu-bleu.

Joint à plusieurs reprises pour recueillir leur version des faits, les membres de « l’état-major » d’Antonio Souaré n’ont pas eu le temps de décrocher leur téléphone.

Après cette agression contre Bory Bah, suivie de la publication d’un communiqué de l’association de la presse sportive de Guinée Pathé Diallo (APSG) condamnant cet acte, tout porte à croire que les prochains jours risquent d’être animés par des journalistes pro et anti Antonio Souaré.

 

 

 

Boua Kouyaté

Tel : 669 85 20 20

 

 

Commentaire Facebook