full screen background image

Ebola : ‘’fermer les frontières avec le Libéria et la Sierra Leone est la solution’’, selon un député guinéen


[dropcap]U[/dropcap]n député guinéen Holomo Koni Kourouma a estimé mercredi 10 septembre, au cours d’une conférence de presse à Conakry, que la fermeture des frontières de la Guinée avec le Libéria et la Sierra Leone, est l’une des mesures urgentes à prendre par le gouvernement pour éradiquer l’épidémie de la fièvre Ebola dans le pays, a-t-on constaté.

Holomo Koni Kourouma, le député du parti UGDD à l’Assemblée nationale.

Holomo Koni Kourouma, le député du parti UGDD à l’Assemblée nationale.

Selon lui, les autorités doivent agir rapidement en prenant des mesures responsables comme la fermeture des frontières avec les Etats voisins touchés par le virus Ebola, avant d’ajouter que la Guinée n’a pas encore atteint un stade où ce virus serait incontrôlable par les autorités sanitaires.

‘’La prise de la température des passagers à nos frontières ne suffit pas pour endiguer l’épidémie d’Ebola en Guinée, il faut urgemment fermer ces frontières pour éviter la propagation de l’épidémie dans notre pays’’, a-t-il déclaré.

Pour M. Kourouma, malgré les critiques sur sa décision de fermer ses frontières avec les Etats touchés par le virus Ebola, le Sénégal est un bon exemple d’Etat soucieux de la santé de ses habitants.

‘’Depuis le début de l’épidémie, la Guinée aussi devait prendre les mêmes mesures préventives. Mais, on ne peut pas imposer à cet Etat de copier nos mauvaises habitudes’’’’, a fait remarquer Holomo Koni Kourouma, le député du parti UGDD à l’Assemblée nationale.

Face à la flambée de malades du virus d’Ebola dans le pays, occasionnée ces derniers mois par des patients venus du Liberia et de la Sierra Leone, M. Kourouma propose aux autorités guinéennes de se solidariser de ces deux pays tout en tenant compte du bien être des populations.

‘’La seule manière d’aider la Sierra Leone et le Liberia serait de leur envoyer une mission médicale, en lieu et place de leur ouvrir nos frontières. La solidarité doit exister certes entre les Etats de la CEDEAO, mais il faut aussi prendre en compte la sécurité des peuples qui y vivent’’, a-t-il rappelé tout en insistant sur l’inscription de la lutte contre le virus Ebola sur la liste des priorités du budget national.

L’épidémie de la fièvre hémorragique à virus Ebola qui sévit dans quatre pays de l’Afrique de l’ouest (Guinée, Sierra Leone, Liberia et Nigeria) a tué 2.288 personnes sur 4.269 cas, selon un bilan arrêté au 6 septembre et publié mardi par l’OMS.

Boubacar Sidy Baldé

Tel : 620 05 30 91

Conakryinfos.com

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
44 ⁄ 22 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.