full screen background image

Alpha Condé ordonne au Premier ministre d’ouvrir le dialogue entre la mouvance et l’opposition


[dropcap]D[/dropcap]ans une lettre adressée au premier ministre chef du gouvernement, le Président Alpha Condé l’instruit à inviter dans les brefs délais l’opposition et la mouvance afin que le dialogue soit entamé autour du processus électoral, sujet des contradictions depuis le début de cette année.

nantou sylla

Dans la lettre, le chef de l’Etat a semblé dire que les collectivités locales ne devraient constituer un frein aux discussions. Il y a bien des polémiques à craindre. Les deux groupes se retrouvent pour parler de tout y compris des délégations spéciales que l’opposition trouve illégales. Sur aucune des questions, le chef de l’Etat ne devrait prendre position avant le dialogue qui doit déboucher sur la rédaction d’un rapport contenant des conclusions des avis que les uns et les autres auront émis.

L’opposition qui a avancé des préalables doit pouvoir lâcher du lest pour éviter de passer pour un problème. Elle pourrait espérer obtenir satisfaction par rapport à cette demande qui la tient à cœur. Les délégations spéciales  peuvent ne pas rester ou si c’est le contraire qui requiert le consensus qu’il alternative soit trouvée pour garantir la confiance entre les partis.

L’ordre des élections doit-il être inversé ? Pouvons-nous aller vers le couplage ? C’est à toutes ces questions que les parties au dialogue doivent répondre.

Si la question de la CENI (commission électorale nationale indépendante)  doit revenir sur table, elle doit être traitée de manière à renouer avec  la confiance. Les commissaires qu’on trouve trop partisans ou mieux à la solde du pouvoir doivent apprendre à travailler dans la transparence. Le processus électoral, s’il est ouvert et transparent ne souffre d’aucune contestation véritable.

Les propositions de la mouvance et du gouvernement doivent se distinguer de celles de la CENI. Le contraire ferait des deux entités des soutiens de l’institution électorale du pays ; ce qui déjà fait penser l’opposition depuis un moment.

Chacun a quelque chose à gagner dans la discussion ; Chacune des différentes parties doit pouvoir accepter des propositions de solutions de son adversaire lorsqu’elles celle-ci visent à préserver la paix et la sécurité dans le pays.

La mouvance présidentielle salue déjà cet appel au dialogue. L’opposition réserve sa réponse et devrait clarifier sa position à l’issue de sa rencontre ce mardi 26 mai 2015 au quartier général de l’UFR à Coleah.

 

Jacques Lewa

Tel: 666 415 406/622 815 857

Conakryinfos.com

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
20 − 12 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.