full screen background image

Les observateurs de l’Union européenne dénoncent les faiblesses de la CENI


[dropcap]L[/dropcap]e chef d’observation de la mission d’observation électorale de l’Union européenne en Guinée (MOEUE), Frank Engel, a présenté lors d’une conférence de presse, les conclusions préliminaires des activités d’observation du scrutin présidentielle du 11 octobre 2015, a-t-on constaté.

MOE-UE Cette déclaration a ressorti les faiblesses de la CENI pendant le scrutin à travers des anomalies enregistrées dans la plupart des bureaux de vote.

Selon la déclaration du chef d’observation, la seconde élection présidentielle démocratique et multipartite en République de Guinée a été marquée par un important élan de participation de la part des citoyens.

« Nous saluons le civisme et la maturité des Guinéens, mais aussi leur enthousiasme et leur patience malgré les fortes difficultés logistiques qui ont caractérisé le scrutin », a-t-il indiqué, ajoutant que la mission continuera à évaluer l’impact possible de ces défaillances techniques, durant l’organisation du vote, sur la crédibilité des résultats issus des urnes.

M. Angel s’est aussi réjoui du bon déroulement des élections présidentielles en notant que le vote s’est déroulé globalement dans le calme.

« Nous espérons qu’on puisse se souvenir de ce scrutin comme une étape décisive dans le processus de consolidation des jeunes institutions démocratique du pays, suite notamment à l’accord politique inter-guinéen du 20 aout 2015 », a-t-il dit.

Bien que les observateurs internationaux aient souligné en 2013, la nécessité d’orienter la structure de la CENI vers une organisation administrative et technique, afin notamment d’assurer une montée en compétences et d’améliorer son efficacité, la commission est restée une structure politique.

La mission a tout de même regretté que cette politisation de la CENI ait affaibli, à différents moments clefs du scrutin, ses capacités techniques et son efficacité, particulièrement dans l’établissement des listes électorales, la cartographie des bureaux de vote ou encore dans la distribution des cartes d’électeurs.

Pour la mission de l’UE, la communication insuffisante à différent étapes du cycle électoral et le manque de transparence de la commission ont conduit à un déficit de confiance de la part de nombreux acteurs du processus.

« La participation de la société civile et des médias guinéens a été une chose très remarquable du coté de la commission MOE UE », a rappelé Frank Angel.

Pour conclure, il a indiqué qu’il est important que la CENI achève toutes les dernières phases du processus, notamment celles de la compilation des résultats des bureaux de vote et de la totalisation des procès-verbaux des commissions administratives de centralisation des votes dans la plus grande transparence.

« Nous souhaiterons que la CENI puisse renforcer les mesures de transparence au travers de la publication centralisée des résultats détaillés par bureau de vote dès la proclamation des résultats provisoires », a sollicité M. Engel, rappelant que la mission d’observation de l’UE continuera à observer toutes ces phases cruciales du processus électoral.

 

 

Ibrahima Sory BARRY (BIS)

Tel: 620-107-071

Conakryinfos.com

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
23 − 19 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.