full screen background image

El hadj Cheick Souleymane Sidibé: « Tout ce que je fais est un don de Dieu »


elhadj_cheick_souleymane_sidibé_érudit_de_kankan [dropcap]C[/dropcap]onnu pour ses grandes rencontres de prêches et de bénédictions, l’érudit El Hadj Cheick Souleymane Sidibé a réussi à transformer par la force de l’islam, la ville de Kankan en un lieu de pèlerinage qui draine chaque année lors du Maouloud (célébration de la naissance du prophète Mahomet -PSL-), des milliers de fidèles venus des quatre régions de la Guinée et de l’étranger pour bénéficier de ses bénédictions qui ne tardent à se réaliser.

La rédaction de Conakryinfos l’a rencontré cette semaine à son domicile du quartier Aviation, au centre-ville de Kankan pour un entretien exclusif. Lisez plutôt!

Conakryinfos: Bonjour El hadj

El hadj Cheick Souleymane Sidibé: Bonjour à vous Monsieur le Journaliste.

Veuillez vous présenter à nos lecteurs.

Je suis El Hadj Cheick Souleymane Sidibé de Diansoumana, Président de l’association Nourdine Islam.

Depuis quand avez-vous commencé à prêcher en faisant la promotion de l’islam et de la culture de la paix en Guinée?

C’est un héritage. L’enseignement de l’islam fait partie de notre tradition. L’histoire commence par El hadj Malicky, le maître coranique et l’oncle de mon père, en passant par mon père jusqu’à moi aujourd’hui. Personnellement, j’ai commencé cet enseignement en dehors de la famille il y a plus de 10 ans.

Vous êtes le président-fondateur d’une association appelée Nourdine Islam. Quelle est la vocation de cette association ?

Nourdine Islam est une association qui n’a autre vocation que d’amener les gens à l’adoration d’un Dieu unique et de les inviter au respect des parents, la soumission des femmes, l’abandon des mauvaises pratiques, l’imploration de Dieu pour les fidèles et la culture de la paix pour un développement durable.

Vous êtes connu et reconnu par vos prières et vos bénédictions qui ne tardent parfois à se réaliser. Avez-vous signé un pacte avec Dieu pour les miracles que vous réalisez ?

Ecoutez ! Retenez avant tout que je ne suis qu’un être humain comme tout le monde. Si les gens disent que je fais des miracles, je pense qu’ils se trompent, car je ne suis capable de rien. Mais ce qui est sûr, je ne cesse d’implorer Dieu pour répandre sa grâce sur les hommes. Donc, dans la foulée, s’il y a des choses qui se réalisent avec la satisfaction des uns et des autres, on ne peut donc s’en remettre qu’à Dieu que nous implorons. Il s’illustre dans toutes les pratiques qui vont droit à ses enseignements.

Selon vous, pourquoi des milliers de fidèles continuent de fréquenter vos assemblées de prières et de bénédictions ?

Il n’est pas de mes forces de réunir ces milliers de fidèles chaque fois. C’est une grâce divine. Si Dieu aime une pratique humaine sur terre, il ordonne aux anges d’y adhérer et finalement aux hommes. Ceux qui n’en font pas partie, sont généralement ceux qui critiquent cette volonté divine et font la guerre à ceux qui obéissent au Seigneur et à Sa Volonté. Un jour, mon père m’a dit que si j’ai tout abandonné pour lui, un jour viendra par la grâce de Dieu, où les fidèles me suivront, même si je vais en brousse. Donc tout dépend de Dieu.

Ces fidèles trouvent-ils satisfaction dans vos prières et bénédictions ?

Je pense bien que les fidèles qui participent à mes rencontres de prêches et de bénédictions sont mieux placés pour répondre à cette question.

Vous rappelez-vous de certains fidèles désespérés qui ont été comblés d’espoir par vos prières et bénédictions ?

Avant oui! Mais aujourd’hui, je ne suis plus en mesure de me rappeler, car nombreux sont ceux qui viennent, tous les jours, m’avouer leur satisfaction et me renouveler leur reconnaissance.

Attendez-vous de quelque chose des milliers de fidèles qui viennent à vos prières ?

Reconnaitre les bienfaits de Dieu, c’est tout à fait normal. Si les gens viennent me rappeler de ce qui s’est passé par la simple imploration de la grâce divine ou me remercier volontiers, ça y va droit au cœur. Pour moi, c’est pour que nous convergions tous vers Dieu.

A votre domicile, le visiteur est surtout frappé par le nombre d’élèves et vos énormes biens. Quelle est l’origine de votre richesse quand on sait que vous n’êtes pas un entrepreneur, encore moins un héritier ?

Mes biens constituent un don de Dieu. Le Seigneur vient toujours en aide à la promotion des actions qu’il aime et aux personnes qui s’y mettent.

Dans vos prêches, vous aimez souvent parler de vos parents (père et mère) et d’El hadj Malicky. Que représentent-t-ils pour vous ?

La vie de chaque homme doit parler forcement de ses parents. Tel est mon cas. El hadj Malicky était l’oncle et le maitre coranique de mon père. Il a fait beaucoup d’efforts pour la promotion de l’islam avant de faire des prières pour qu’il y ait un héritier après lui. Et cet héritier a été mon père El Hadj Ansoumane Sidibé qui a aussi fourni des efforts pour le rayonnement de l’islam dans la région. Quant à ma mère, elle a préféré faire dos au bien-être pour n’obéir qu’à mon père pour que ses enfants puissent reprendre le flambeau du rayonnement de l’islam au grand plaisir des fidèles qui croient en notre famille.

Vous avez fait des tournées qui vous ont successivement conduit en Haute et en Guinée Forestière en 2013, en Moyenne et Basse Guinée en 2014, mais aussi en République du Mali en 2015. Parlez-nous de ces tournées qui ont tant fait parler de vous et des milliers d’animistes qui ont abandonné leurs fétiches pour se convertir à l’Islam.

D’abord, je rappelle que je compte poursuivre ces tournées partout où c’est nécessaire. Il n’y a rien de meilleur chez Dieu sur cette terre, que de débarrasser les gens des pratiques polythéistes. Quand je vois ou entend qu’il y a des gens réputés dans cette pratique, je ne demande que l’aide de Dieu pour les ramener à la raison. Lors de mes tournées, c’est cette aide de Dieu qui me marque surtout; c’est-à-dire, faire en sorte que les pratiquants d’autres religions se convertissent à l’islam à travers mes paroles.

En 2015, vous avez été élevé au grade d’Ambassadeur de la paix de l’UNESCO aux Etats-Unis. Comment s’est créée cette relation entre vous et cette institution de l’ONU ? Et que signifie pour vous cette récompense ?

De la manière que vous m’avez connu, c’est de la même que l’UNESCO m’a connu en m’observant à distance. Alors que je ne la connaissais pas auparavant. Quant à la récompense, c’est Dieu qui l’a voulue et me l’a choisie.

Avant vous, la ville de Kankan a été marquée par les prouesses de la grande famille Chérif, de Karamo Taliby Kaba…, réputée aussi dans la promotion de l’islam dans la région. Quelles sont aujourd’hui vos relations avec ces familles de grands religieux ?

Moi, je ne suis qu’un enfant auprès de ces grandes familles que vous citez. Un enfant qui les aide dans leur travail de promotion et d’enseignement de l’islam pour avoir leurs bénédictions. Donc, j’entretiens de très bonnes relations avec ces différentes familles religieuses de Kankan.

Vous êtes un jeune érudit dont la réputation dépasse aujourd’hui les frontières de la Guinée. Quelle est l’origine de cette réputation ?

Comme je l’ai dit ci-haut, les récompenses de Dieu sont multiples ici-bas et à l’au-delà. La réputation et la considération dont je bénéficie aujourd’hui est voulue par Dieu. Donc, tout ce que je fais est un don de Dieu comme Il l’avait fait pour Karamo Sékouba, El hadj Malicky, Karamo Taliby et tant d’autres.

Quel message avez-vous à lancer aux fidèles musulmans à l’occasion de grandes veillées de prières et de bénédictions que vous organisez pour célébrer le Maouloud à Kankan ?

A l’occasion du Maouloud qui commémore la naissance du prophète Mohamet (PSL), grâce à qui nous pouvons être sauvés par Dieu, j’invite les fidèles du monde au respect des parents, au respect du mariage, l’adoration de Dieu et aux bonnes pratiques de l’Islam. Donc, les actes religieux dans ce mois nous mènent au bonheur de ce monde d’ici-bas et de l’au-delà.

Conakryinfos: Merci El hadj

El Hadj Cheick Souleymane Sidibé: C’est à moi de vous remercier de m’avoir accordé votre temps. Que Dieu vous bénisse.

Entretien réalisé par Boua Kouyaté et Mamoudou Babila Kéita

Tel: 669 85 20 20 / 655 15 25 94

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Solve : *
30 − 14 =


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.