full screen background image

Mandiana : Voici comment le chef des chasseurs a été tué pour venger le prédicateur saoudien !



Après l’assassinat par balles d’un prédicateur saoudien par, dit-on, un féticheur, la localité de Kantédougoubalandou, dans la préfecture de Mandiana, a de nouveau été le théâtre d’un autre crime odieux. Et pour cause !

Le chef des chasseurs traditionnels de Kantédougoubalandou, Balla Kanté a été tué à coups de poignard par un jeune religieux, alors que le préfet de Mandiana, Cheick Diallo était présent dans cette localité pour apaiser les esprits après l’assassinat du prédicateur saoudien.

Selon une source locale jointe par le correspondant de Conakry Infos à Kankan, le préfet de Mandiana s’est rendu à Kantédougoubalandou sur instructions du gouverneur de Kankan, Mohamed Garhé.

« Le préfet Cheick Diallo a fait une mission à Kantédougoubalandou, où il a réuni autour de lui les sages et les religieux pour rétablir la quiétude sociale après l’assassinat d’un prédicateur saoudien par un inconnu (apparemment un féticheur). Après avoir écouté les uns et les autres, le préfet a demandé de faire venir le chef des chasseurs traditionnels pour l’écouter, afin de trouver un terrain d’entente entre les différentes parties », a rapporté un habitant de Kantédougoubalandou requérant l’anonymat.

« Quant il a été informé qu’il est demandé par le préfet, le chef des chasseurs traditionnels, Balla Kanté a pris la décision de se rendre au lieu de la réunion, où le préfet a réuni les sages et les religieux. Sur le chemin du lieu de la réunion, un jeune religieux a surgi pour poignarder à mort le chef des chasseurs, Balla Kanté qui est décédé sur-le-champ des suites de blessures », a-t-il expliqué.

Informé du drame, le préfet Cheick Diallo a ordonné la mise aux arrêts de l’assassin de Balla Kanté, dont le corps a été remis à ses parents.

Quant au jeune assassin, il a été arrêté et conduit à la prison civile de Mandiana, où il continue de méditer sur son sort.

Ces assassinats à répétition relancent la problématique de la mauvaise cohabitation existant entre les prédicateurs religieux et les adeptes de l’anilisme, une religion très pratiquée en Haute Guinée.

 

 

Laye Fodé Bangaly Fofana, correspondant régional à Kankan

Tel : 655 60 23 34

 

 

Commentaire Facebook