full screen background image

La grève des enseignants suivie dans des écoles de Bellevue et au lycée Sainte-Marie à Dixinn



Sans surprise, le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) sous la houlette d’Aboubacar Soumah a repris lundi 12 février, sur toute l’étendue du territoire national, la grève générale et illimitée qu’il avait suspendue en décembre 2017 grâce à l’intervention des religieux.

Une démarche soutenue par nombre d’enseignants dans certains établissements scolaires de la capitale guinéenne.

C’est le cas des écoles primaires Josip Broz Tito et de Bellevue Marché, ainsi que le lycée privé Sainte-Marie dans la commune de Dixinn.

Dans ces établissements, les enseignants et les élèves ont brillé par leur absence laissant les salles de classe désertes au grand dam des parents d’élèves qui craignent une année blanche pour leurs enfants.

La reprise de la grève des enseignants coïncide avec les violences opposant dans certains endroits du pays, des militants de la mouvance présidentielle et de l’opposition.

Depuis le déclenchement de cette grève, une division mine le SLECG avec la naissance de deux camps, dirigés notamment par Souleymane Sy Savané et Aboubacar Soumah dont le camp est à l’origine de cette grève.

Dans sa plateforme de revendications, le camp d’Aboubacar Soumah exige entre autres, la levée de la suspension de son salaire et une amélioration salariale en faveur des enseignants.

 

 

Facely Diawara

Tel : 628 51 43 33

Commentaire Facebook