full screen background image

Communales 2018: Cellou Dalein Diallo accuse les magistrats de rouler pour le RPG


Le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo a menacé, jeudi le 15 février, de ne pas reconnaitre les résultats des élections communales du 04 février dernier dont la CENI et les magistrats essaieraient de manipuler les résultats en faveur du parti au pouvoir, le RPG Arc-en-ciel, même dans des circonscriptions remportées par son parti.

Il a proféré ces menaces en présence de certains membres du bureau exécutif et des candidats de son parti dans les différentes circonscriptions électorales du pays, notamment Abdoulaye Bah de Kindia et Sorya Bangoura de Matam.

« Les élections du 4 février ont été émaillées de fraudes massives au niveau des circonscriptions, surtout dans les quartiers où notre parti était censé remporter avec une écrasante victoire devant le RPG Arc- en-ciel sans l’appui des élus locaux. C’est le cas par exemple, de la zone de Conakry, précisément à DaBompa, Dar-es-Salam, Enta Marché et Dixinn, où d’ailleurs, le chef de quartier a été pris en flagrants délit  avec un stock de bulletins pré-cochés qui ont été largement distribués aux citoyens au titre de procuration au-delà même du nombre », a-t-il révélé, accusant les magistrats d’avoir une main mise sur les résultats au profit du parti au pouvoir.

« Cependant, on assistait également de l’autre côté, au rejet systématique des bulletins de vote des électeurs connaissant la cartographie du pays, des annulations par-ci et par-là sous prétexte que ces PV sont raturés. La suppression notamment des bureaux de votes censés être dans les mains de l’UFDG comme Dixinn, Matoto et à Matam avec l’annulation de 9/2 quartiers, à Matoto là ça se passe de tout commentaire 1 264 bulletins annulés contre 389 du côté du RPG juste pour baisser le suffrage de notre parti UFDG », a accusé Cellou Dalein Diallo.

Par ailleurs, le secrétaire général de l’UFDG, Aliou Condé a  également expliqué le mécanisme mis en place au niveau des CACV par les présidents en utilisant ainsi un rapport de force en faveur du parti au pouvoir.

« La question qu’on se pose évidemment est de savoir comment les cadres de notre administration censés garder une neutralité, peuvent être aussi impliqués de la sorte dans le processus électoral dans notre pays. A l’image de nos magistrats qui se sont livrés à baisser les suffrages de l’UFDG par tous les moyens au profit du RPG Arc-en-ciel. C’est pourquoi, nos requêtes n’ont pas donné de satisfaction au niveau des juridictions concernées, malgré les preuves de justifications que nous avons brandies. C’est dommage pour notre justice », a regretté M. Condé.

Face à cette situation qu’il a appelée de « fraudes organisées », le président de l’UFDG a promis de se battre par tous moyens légaux pour que les résultats issus des bureaux de votes reflètent le suffrage valablement exprimé par les électeurs.

Dans la foulée, les candidats de l’UFDG dans les communes urbaines de Kindia et de Matam, respectivement Abdoulaye Bah et Sorya Bangoura ont accusé le président Alpha Condé d’avoir une main mise sur la CENI afin de remporter les élections en faveur de son parti, le RPG Arc-en-ciel.

 

 

Facely Diawara

Tel : 628514333

 

 

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email