full screen background image

Grève des enseignants : Un religieux demande à Alpha Condé de dissoudre le gouvernement



Après plus de trois semaines de fermeture des écoles à cause de la grève déclenchée par le syndicat des enseignants (SLECG), aucune lueur d’espoir ne pointe encore à l’horizon pour trouver un accord entre le gouvernement et les syndicalistes. Plongeant ainsi le pays dans une impasse caractérisée par une recrudescence sans précédent de la violence.

Face à cette situation qui inquiète la stabilité du pays, dans un entretien accordé à la radio Espace FM (Grandes Gueules), un célèbre religieux, Elhadj Mansour Fadiga, chroniqueur religieux à la télévision nationale (RTG), a fait au président Alpha Condé des propositions de sortie de la grève enclenchée par les syndicalistes de l’éducation.

Formation rapide d’un gouvernement

« Je propose au Chef de l’Etat de dissoudre le gouvernement tout entier et mettre en place un nouveau gouvernement sur proposition d’un vrai Premier ministre qui va proposer un gouvernement de crise. Dans le nouveau gouvernement, on pourra maintenir des ministres qui peuvent répondre aux attentes du peuple (…) », a déclaré Elhadj Fadiga, premier imam de la mosquée de Nongo.

Paiement des 30% restants aux enseignants en 2018

« Il faut que le gouvernement accepte de payer aux enseignants les 30% restants au cours de l’année 2018. Ainsi, 20% peuvent être payés au mois de mai et les 10% restants au mois de novembre 2018. On ne peut pas dire à tout moment qu’il n’y a pas d’argent. Devant des situations pareilles, il faut savoir calmer les esprits. En Côte d’Ivoire, quand les militaires se sont révoltés pour le paiement de leurs primes, vu la gravité de la situation, le président Alassane Ouattara les a satisfaits pour éviter le pire au pays », a recommandé Elhadj Fadiga.

Le système éducatif guinéen est secoué par une grève générale illimitée déclenchée depuis le 12 février dernier par le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG).

Dans le souci de trouver une solution à cette crise, des religieux, dont Elhad Mamadou Saliou Camara et Mgr Vincent Coulibaly, ont été impliqués. Mais en vain.

Désormais, tous les yeux sont tournés le Palais Sekhoutoureya, où un discours du président Alpha Condé pourra donner satisfaction aux syndicalistes qui sont les seuls capables de suspendre aujourd’hui cette grève qui commence à secouer le pouvoir.

 

 

Mohamed Sylla

 

Commentaire Facebook