full screen background image

Insécurité : Arrestation d’un vendeur d’armes de guerre et de munitions à Conakry


Après avoir vendu plus de 2 000 armes de guerres et de munitions, un homme a été arrêté cette semaine par les hommes du secrétaire général à la présidence de la République chargé des services spéciaux, de la lutte contre la drogue et le crime organisé, le colonel Moussa Tiégboro Camara.

Répondant au nom de Saliou Fofana, ce vendeur d’armes de guerre activement recherché depuis plus de deux ans, a été a présenté à la presse le jeudi 24 mai.

Après cette arrestation le colonel Tiégboro a salué les efforts menés par ses hommes, avant de rassurer que toutes les dispositions sont prises pour démasquer  les complices installés un peu partout dans le pays.

« Nous sommes encore en face d’une situation grave, car ces armes de fabrication russes et turques sont des armes extrêmement dangereuses. Ces armes qui sont en face de vous constituent des armes de guerre. Seuls les policiers sont habilités à les utiliser », a-t-il déclaré.

Interrogé sur les faits qui lui ont été reprochés, Saliou Fofana a reconnu les faits devant les journalistes, avant de préciser que c’est un système de réseau mis à cet effet par certains hauts cadres du pays qui utilisent ces armes pour se protéger.

Le vendeur ambulant d’armes de guerre, Saliou Fofana.

M. Fofana a, en outre, cité quelques fournisseurs qui seraient basés au grand marché de Madina. Ces fournisseurs dont Mamadou Baldé et Moussa Dian fourniraient d’autres vendeurs installés à travers tout le pays.

« Je précise que ces armes ne sont pas importées. On les achète dans les maisndes individus basés au marché de Madina. On les revend à notre tour, sans document, à des personnalités pour leur protection. Il y a des armes que nous revendons à 13,5 millions et d’autres à 14,5 millions GNF. Nous avons un réseau en place pour fournir nos clients qui veulent acheter des armes. Après achat, c’est à nous de faire le reçu en lieu et place des documents nécessaires des autorités pour le port d’arme », a-t-il révélé.

Solon, le colonel Tiégboro, malgré la récente sortie des avocats qu’il accuse d’avoir agi pour leur propre intérêt et non public, dans l’affaire de fermeture d’une usine, il promet de ne pas  rebrousser chemin dans la lutte contre les hors-la-loi quel que soient les bruits ou obstacle à franchir.

Qui sont réellement les complices de ce vendeur d’armes de guerre en Guinée qui a interdit l’importation des armes de guerre depuis 10 ans ? Attendons de voir.

 

Facely Diawara

Tel : 628 51 43 33

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email