full screen background image

Massacre 28 septembre 2009 : Les victimes réclament une indemnisation provisoire avant le procès


Le 28 septembre 2018, ça sera le 9e anniversaire du massacre du stade du 28 septembre, où une centaine d’opposants ont été tués par balles par des militaires issus de la junte militaire dirigée par le capitaine Moussa Dadis Camara.

En prélude à ce triste anniversaire, la Coalition guinéenne de la cour pénale internationale (CGCPI) soutenue par entre autres ONG, l’OGDH, la démocratie sans violence (DSV) et la BI, a organisé une conférence de presse pour solliciter une indemnisation provisoire des victimes des massacres du 28 septembre 2009, avant l’ouverture du procès

A l’entame, le président de CGCPI, Me Hamidou Barry a sollicité du gouvernement guinéen, un changement de stratégie dans la commémoration des événements douloureux du 28 septembre 2009 aussi historiques pour la Guinée.

« Nous avons choisi cette date du 24 septembre parce qu’on nous a toujours reprochés d’organiser la commémoration des évènements douloureux du 28 septembre, une date aussi historique pour la Guinée. Pour ne pas masquer cet évènement également national, nous préférons anticiper ou ajourner la commémoration des évènements du 28 septembre 2009. Même s’il y aura commémoration, elle sera consacrée uniquement à la lecture du coran, des sacrifices et des prières. Pour des enjeux national, nous pensons qu’il faut changer de stratégie », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, Me Barry a attiré l’attention du gouvernement, du comité de pilotage et des partenaires techniques et financiers de la Guinée sur la nécessité de cette requête, avant de lancer un appel pour l’indemnisation provisoire des victimes des massacres du 28 septembre avant le procès des auteurs présumés.

« Pratiquement dans 3 jours, ça fera 9 ans que les victimes du 28 septembre réclament et attendent justice. On n’a pas ouvert le procès et on ne peut pas l’ouvrir cette année, ce n’est pas possible ! Depuis l’ouverture de cette enquête auprès de la juridiction guinéennes, beaucoup de victime sont décédées laissant des orphelins déscolarisés. Au moins il y a 1000 victimes de toutes catégories confondues  et 400 personnes auditionnées. Donc s’il y aura procès, il peut prendre 2 ans, voir 5 ans. Bref on va alors attendre de 15  à 17 ans, les victimes attendent justice et surtout réparation », a-t-il indiqué.

« C’est pourquoi nous, coalition guinéenne pour la cour pénale internationale, restons dans cette logique de réclamer une indemnisation provisoire avant l’ouverture du procès pour que les victimes se traitent, les orphelins aillent à l’école, etc. Sans oublier les raisons juridiques, constituées par les dispositions des articles combinés, 441 et 535 alinéas 2 du code de procédure pénal d’octobre 2016, qui permettent aux victimes de réclamer à l’Etat guinéen, une indemnisation provisoire en attendant le procès. Pour toutes ces raisons, la CGCPI lance un appel au gouvernement guinéen, au comité de pilotage, aux partenaires bi et multilatéraux pour l’indemnisation provisoire des victimes des massacres du 28 septembre, ce avant le procès », a conclu Me Hamidou Barry.

 

Boubacar Sidy Bah

Tel : 620 38 31 31

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email