full screen background image

Makanera Kaké : « Ce qu’on revendique à Kindia, l’opposition républicaine a fait pire à Boké »


Le président du Front national de développement (FND), Alhousseny Makanera Kaké, a justifié mercredi 07 novembre, au cours d’une conférence de presse à Conakry, sa désapprobation des marches de l’opposition républicaine dont il était le porte-parole de l’opposition républicaine, avant de et décliner sa position  dans l’échiquier politique guinéen.

Devant les journalistes, l’ancien ministre de la communication a évoqué quelques raisons qui justifient sa divergence avec les manifestations de l’opposition guinéenne qui, selon lui,  n’a rien à voir avec une prise de position comme le pensent certains observateurs qui le qualifient de transhumant politique.

 « Je suis membre de l’opposition républicaine qui a suspendu sa participation aux marches de l’opposition républicaine, parce que je ne reconnais pas en quoi les manifestations sont-elles en rapport avec l’installation des conseils communaux. L’autre raison est que ce qu’on revendique à Kindia, l’opposition républicaine a fait pire à Boké. C’est donc à cause de tout cela que je ne me reconnais pas dans cette opposition », a déclaré Makanera Kaké.

En outre, M. Kaké trouve illégale que l’opposition invite les jeunes à redescendre dans la rue ce jeudi 8 novembre, pour protester contre le non-respect des accords politiques liés à l’installation des conseils communaux.

« Je m’oppose à ces manifestations, ce n’est pas parce que je ne suis pas d’accord avec les idées étant démocrate. Mais, il y a de ces risques qu’on ne peut pas prendre pour  que quelqu’un soit élu maire. Si je dois le faire, ce sera pour des causes nobles et justes. Par exemple, pour l’instauration de la démocratie, la lutte contre l’injustice pour le développement économique et sociale, si je meurs pour ces causes, je serais un martyr, car aucune âme n’est supérieure à l’autre. Donc, si j’ai la possibilité de m’adresser à la population, je leur dirais  de ne pas sortir ;  parce que tout simplement, il faut savoir pourquoi manifester et comment le faire (…) », a-t-il précisé.

A la question de savoir si un revirement politique serait en cours du côté de la mouvance, le président du parti FND répond au conditionnel.

« Je ne veux pas l’alternance pour l’alternance. Je voudrais une alternance crédible qui garantit la démocratie. Si l’opposition prouve de représenter une alternative plus crédible, il n’y a pas de problème. De toute façon, entre ancienne dictature et la nouvelle, je préfère l’ancienne parce que je me suis accommodé avec celle-ci », a tranché Makanéra Kaké.

 

 

Facely Diawara

Tel : 628 51 43 33

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email