full screen background image

Fodé Maréga pique Aminata Touré : « Est-ce qu’une fille d’Hitler peut devenir maire de Berlin ? »


Décidément, l’élection de Mme Aminata Touré, fille de Sékou Touré, à la tête de la mairie de la commune de Kaloum n’a pas été du goût des membres de l’association des victimes du camp Boiro (AVCB) qui gardent toujours une haine incommensurable contre la famille du père de l’indépendance guinéenne.

Le récent graffiti de l’ancien président de la Guinée sur le pont 08 Novembre est venu attiser cette haine des membres de l’AVCB qui soupçonnent la nouvelle maire de Kaloum derrière ces œuvres d’art visant, dit-on- à embellir les artères de la capitale guinéenne.

Mardi, jour de Noël, le député Fodé Maréga, également de l’AVCB a dénoncé sur les antennes de la radio Lynx FM, cette photo du président Sékou Touré au milieu d’autres anciens présidents africains, tels Thomas Sankara du Burkina Faso et Kwamé Nkrumah du Ghana.

Selon lui, aucune autorité n’a le droit de souiller un symbole aussi important de l’histoire de la Guinée comme celui du 08 Novembre, où des Guinéens ont été pendus sous la Révolution et tués par des militaires en 2006 sous le pouvoir du général Lansana Conté.

Le député de l’UFDG est allé jusqu’à se demander comment Aminata Touré a été élue maire de la commune de Kaloum avec tout le mauvais côté de son père qu’il a qualifié de « sanguinaire et de tortionnaire ».

 Pour Dr Maréga, contrairement à la Guinée, une fille de l’Allemand Adolph Hitler ne peut jamais se présenter, à plus forte raison devenir maire de Berlin.

« Est-ce qu’une fille d’Hitler peut-elle devenir maire de Berlin », s’est-il interrogé dans les propos rapportés par Guinée114, faisant une comparaison entre Sékou Touré et Adolph Hitler.

Face aux piques du député Fodé Marega, la maire de Kaloum, Aminata Touré a simplement déclaré que les membres de l’AVCB sont dominés par la haine.

« Je ne vais pas dans la dentelle de la haine, parce que la haine ne construit rien. Quand une personne est haineuse, il n’y a plus de raison. Partout où il y a la haine, il n’y a plus la raison. Et moi, tout ce que je peux dire c’est qu’aucun Guinéen de quelque bord que ce soit n’a le droit de prendre toute une nation en otage (…) », a-t-elle répliqué, précisant qu’elle a été agréablement surprise de voir les graffitis sur le pont 08 Novembre, situé à la rentrée de la commune de Kaloum.

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email