full screen background image

Condamnation de Paul Moussa Diawara : Voici les réactions des avocats des deux parties


Le tribunal de première instance de Kaloum a condamné lundi l’ex-directeur général de l’OGP, Paul Moussa Camara et son comptable, Inza Bayo à 5 ans de prison ferme et au paiement d’une amende de 50 millions de francs guinéens chacun.

Après le verdict, l’un des avocats de la partie civile, Me Lancinet Sylla s’est réjoui de la décision du tribunal et estime que cela pourra servir de leçon pour les autorités en charge des régies financières. 

 « C’est le sentiment de justice, le droit vient d’être dit et Paul Moussa a pris tout son temps pour tirer ce procès en longueur pour ne pas que le droit soit dit. Et aujourd’hui, le droit a été proclamé à travers la sentence qui vient d’être prononcée. Je crois que cela sonne désormais comme le glas pour le détournement de deniers publics. Désormais, tous ceux qui ont en charge des régies financières doivent comprendre que l’impunité n’est plus à l’ordre du jour », a déclaré Me Sylla.

Pour sa part, l’un des avocats de la défense, Me Salifou Béavogui, s’est dit indigné davantage de l’injustice qui continue à battre le créneau, avant de fustiger les irrégularités dans cette procédure. Il a enfin décidé d’interjeter appel dans les prochains jours

« Une fois encore, je suis attristé de voir un innocent condamné, conduit en prison pour des infractions dont il n’est pas coupable. L’OGP était une société qui était dans le trou, qui n’était pas connue. J’ai envie d’avoir des larmes. Il n’a détourné aucun bien de l’Etat, au contraire c’est lui qui a travaillé, investi et tout donné à l’Etat dans cette affaire. Mais les enquêtes n’ont pas été menées comme il se doit. Aujourd’hui, les plus forts ont remporté. Ce n’est pas le droit qui a été dit, parce que mon client, tout au long de cette procédure n’a rien reconnu. Nous avons dénoncé les procédures, le fait que le rapport a été établi par l’inspection d’Etat qui n’a pas qualité d’intervenir dans une société anonyme. Le dossier comporte autant d’irrégularités de forme que de fond, alors, nous allons interjeter appel », a indiqué Me Béavogui.

Il faut noter que les accusés ont été solidairement condamnés au paiement de la somme de plus de 39 milliards GNF à titre principal et au paiement de plus de 9 milliards GNF au titre des dommages et intérêts.

En outre, le tribunal a ordonné la confiscation de leurs biens et à l’exécution provisoire de cette décision à hauteur du quart du montant de la condamnation.

Boubacar Sidy Bah et Djénaba Camara

Tel : 620 38 31 31

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email