full screen background image

Aboubacar Sylla : « Je suis à 100% pour une nouvelle constitution »


Le ministre des Transports, Aboubacar Sylla, également président de l’UFC, a officiellement déclaré samedi, son adhésion à l’idée d’adoption d’une nouvelle constitution pour la Guinée. Il a fait cette annonce lors de l’assemblée générale du parti au pouvoir, le RPG Arc-en-ciel, à laquelle il a pris part.

M. Sylla a justifié ce choix par des insuffisances qui caractérisent la constitution du 7 mai 2010 au moment de son élaboration qui, selon lui, mérite d’être remplacée par une nouvelle constitution pour l’intérêt supérieur de la nation.

« La constitution du mai 2010 n’était qu’une constitution de transition qui était appelée à être modifiée ou changée dès qu’on serait sortis de cette période transitoire. Or, c’est maintenant qu’on est entrain de sortir de la transition. Je me dois être objectif et d’informer les uns et les autres, car aucune constitution au monde n’a vocation à être définitive, permanente et éternelle. Toutes les constitutions doivent être changées au gré de l’évolution politique et sociale du pays », a-t-il expliqué.

Le porte-parole du gouvernement a indiqué qu’il est temps qu’une nouvelle constitution soit rédigée et que celle-ci soit soumise au référendum.

C’est la raison pour laquelle, il a invite le parti au pouvoir et ses alliés de mener une action coordonnée sur le terrain pour expliquer les fondements de la nouvelle constitution pour les citoyens.

« Je suis à 100% pour une nouvelle constitution pour les raisons que viens d’évoquer et je me battrai pour que les guinéens partagent cette opinion », a-t-il soutenu.

« Il ne faut pas qu’on se contente seulement de parler. Le RPG, les partis alliés, les coalitions de la société civile qui sont favorables à une nouvelle constitution, les intellectuels qui se sont déjà prononcé sur le sujet, doivent à leur tour créer un front ou un mouvement, être plus actifs sur le terrain médiatique et faire du porte à porte pour expliquer aux guinéens. Je l’ai déjà dit au professeur Alpha Condé que je suis prêt à participer à une action concertée, organisée et bien planifiée pour expliquer les enjeux politiques du moment au peuple de Guinée. Mais il y a une chose qu’il ne faut pas oublier : qui dit nouvelle constitution, dit nouvelle république… S’il y a une nouvelle République, ça doit être considéré comme un nouveau départ pour la Guinée », a recommandé Aboubacar Sylla.

Facely Diawara

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email