full screen background image

CENI : L’opposition dénonce le recrutement « unilatéral » d’un nouvel opérateur technique


L’opposition guinéenne a dénoncé mercredi, au cours d’une conférence, la violation du code des marchés publics par le président de la CENI dans le processus de désignation du nouvel opérateur pour la gestion du fichier électoral en Guinée.

Selon M. Mohamed Tall de l’UFR,  le processus engagé par la CENI avec un certain nombre de sociétés susceptibles de fournir l’expertise demandée serait en violation flagrante du code des marchés publics.

Selon lui, il en est de même  de la  violation des engagements pris par la CENI lors des concertations avec les parties prenantes au processus électoral, avant d’appuyer son argumentation sur certaines anomalies, notamment le cas de plus de 1 564 388 électeurs qui, selon lui, sont inclus dans le fichier sans empreintes digitales, 3 051 773 d’électeurs non dedoublonnés.

« Nous avons noté que la procédure de recrutement a été lancée sans information au préalable des partis politiques de l’opposition politique », a déclaré M. Tall.

Face à cette situation qu’elle qualifie de gestion opaque et illégale de la procédure, l’opposition a demandé à l’autorité de régulation des marchés publics (l’ARMP) de suspendre la procédure.

Mohamed Lamine Kaba du parti Fidel et Elie Kamano du PGSD ont également rejeté le choix unilatéral d’un nouvel opérateur technique par le président de la CENI, Me Salifou Kébé.

Le député Cellou Balde de l’UFDG a aussi déploré latitude du président de la CENI dans le choix de l’acquisition des kits d’enrôlement, en dehors de l’esprit du code des marchés publics.

Selon lui, la désignation de l’opérateur dans le cadre de la révision du fichier électoral guinéen doit se faire de façon consensuelle avec tous les acteurs du processus électoral.

« En ce qui concerne l’acquisition des kits d’enrôlement, en violation du code des marchés publics, la CENI a pris contact avec une société sud-coréen pressentie pour fournir ledit matériel. Cette négociation a été pilotée par le président de la CENI lors de son récent séjour à Paris. Cette procédure initiée de manière informelle et opaque avait  abouti le 10 juin dernier à l’ouverture des plis des cinq sociétés qui ont finalement soumissionné sur les sept initialement listées par le président de la CENI », a-t-il expliqué.

Face à ces agissements de l’organe chargé d’organiser des élections en Guinée, l’opposition guinéenne dit avoir pris à témoin l’opinion nationale et internationale et rende personnellement le président de la CENI comme responsable des risques qu’il fait courir sur la crédibilité du processus électoral, gage de la stabilité et de la paix sociale dans le pays.

Les conférenciers ont annoncé la tenue prochaine d’une rencontre entre les acteurs politiques pour tirer les leçons de ce comportement de Me Salifou Kébé, qu’il qualifie « d’envolée solitaire » violant le code des marchés publics en Guinée.

 

Facély Diawara

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email