full screen background image

Coyah : Des émeutes éclatent après la mort d’un ouvrier de l’usine d’Eau Coyah


Des émeutes ont éclaté mercredi au centre-ville de Coyah après le décès d’un jeune homme travaillant à l’usine d’Eau Coyah dans des conditions non encore élucidées.

Selon nos informations, tout est parti de l’attaque d’un véhicule dans la nuit du mardi à mercredi au niveau du pont Kaka sur la Nationale Conakry-Kindia.

Dès après l’attaque, les victimes auraient intercepté un jeune sur une moto qui porterait la même couleur de t-shirt que l’un des assaillants. Ce qui les a incités à se jeter sur ce dernier pour le frapper à l’aide de gourdins.

Aussitôt informée, la Brigade anti Criminalité (BAC) s’est précipitée sur les lieux du drame pour s’enquérir des réalités. C’est ainsi qu’ils ont pris le jeune copieusement battu et son meurtrier présumé pour les conduire dans un hôpital de la place. Mais le jeune trouvera la mort en cours de route.

Dans une révolte indescriptible, les ouvriers de l’usine d’Eau Coyah ont soutenu mordicus que c’est la BAC qui aurait tué leur collègue Mohamed. C’est dans ces conditions qu’ils se sont fortement rendus à la préfecture avec le soutien de la population.

Grâce à l’intervention des forces de sécurité, le calme est revenu dans la cité.

Pour l’heure, le corps de la victime et son assassin se trouvent entre les mains des autorités locales,  où il a plaidé coupable des faits qui lui sont reprochés.

D’après les dernières nouvelles, ce n’est pas la BAC qui aurait tué le jeune ouvrier de l’usine d’Eau Coyah, mais plutôt l’un des passagers du véhicule attaqué qui l’aurait confondu à l’un des membres du gang qui les a agressés.

« La BAC est plutôt venue arrêter le meurtrier présumé et ramasser le corps du jeune ouvrier gisant dans son sang pour les mettre à la disposition des autorités, ainsi que la moto à bord de laquelle se trouvait la victime.

Boubacar Sidy Bah

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email