full screen background image

Ouverture à Conakry des travaux de la 4ème réunion du comité ECOCONF


La quatrième réunion du comité communautaire d’évaluation de la conformité de la CEDEAO (ECOCONF) a officiellement ouvert ses travaux lundi, dans un réceptif hôtelier à Conakry sous la présidence d’honneur du représentant du Ministre de l’industrie et des PME, Mamady Touré.

Les travaux se poursuivront jusqu’au mardi 23 juillet avec la présence d’une trentaine de participants venus des différents Etats membres de la CEDEAO, des représentants du PSQAO et de l’ONUDI

Dans son discours pour la circonstance, l’assistant exécutif du commissaire en charge de l’industrie et la promotion du secteur privé au sein de la CEDEAO, Yaya Niafo, a donné l’objectif de cette réunion qui se tient dans la capîtale guinéenne.

« L’avant-dernière réunion d’Abuja portait sur un certain nombre de produits, entre autres : le poisson et certains produits non alimentaires pour lesquels il existe des normes harmonisées de la CEDEAO. Maintenant, on est en train d’aller vers la certification personnes. On s’est réuni aujourd’hui dans le cadre de l’évaluation de la conformité afin de proposer des outils pour aider à évaluer la conformité des produits mis sur le marché en vue de faciliter et de développer la confiance dans nos transactions commerciales, mais aussi de procéder à la protection de la santé de la population et de notre environnement. Donc les gens dans les postes de métier doivent démontrer leurs compétences. Et cette compétence n’est pas aléatoire, elle est adossée sur des référentiels et des normes techniques », a-t-il déclaré

Et de poursuivre : « La mise en œuvre de la politique qualité de la CEDEAO, s’articule autour de certains piliers phares de ce qu’on appelle infrastructures régionales de la qualité. Et parmi ces piliers, nous avons: la normalisation, métrologie, l’accréditation ou la reconnaissance des compétences de laboratoire et le pilier d’évaluation de la conformité »

Quant à la représentante du représentant-résident de l’ONU, Mme Somparé Kadiatou Kassé, elle a invité tous les pays membres de ce comité d’adhérer à ce projet.

« Après trois réunions, on voit qu’on arrive à prendre le produit Les gens comprennent pourquoi ils sont là et ils essaient au maximum d’aller de l’avant. Nous constatons aussi que ça intéresse réellement, et c’est tout à fait logique qu’on ait cette conformité, qu’on ait accès aux marchés avec la qualité, parce que tout ce que nous faisons, c’est pour avoir une qualité qui puisse se vendre. Je demande aux gens de s’approprier de ce produit et de ne pas baisser les mains. C’est difficile, mais on va y arriver », a indiqué Mme Somparé

En partant d’un constat sur le terrain, le représentant du Ministre de l’industrie et des PME, Mamady Touré a affirmé que tous les acteurs industriels sont aujourd’hui largement sensibilisés, et mesure l’importance de l’évolution des conformités des produits aux normes.

« Quand nous nous rendons dans les entreprises industrielles, nous constatons que les normes sont respectées pendant le processus de production et les produits qui sortent de ces unités sont soumis aux analyses dans les laboratoires ; et en fonction des résultats, les produits sont mis sur le marché pour la consommation », a rappelé M Touré

Au cours de cette réunion, le ministre de l’Industrie et des PME, Tibou Kamara et le représentant-résident de l’ONUDI en Guinée, Ansoumane Bérété ont également fait un tour dans la salle de réunion pour saluer les participants.

La première journée de la réunion du comité communautaire d’évaluation de la conformité de la CEDEAO (ECOCONF) a été marquée par une visite guidée au laboratoire du centre d’étude et de recherche en environnement (CERE) de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry.

 

Boubacar Sidy Bah

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email