full screen background image

Route Coyah-Kindia: la circulation a normalement repris (De notre envoyé spécial)


Dans la matinée de ce lundi 02 septembre, la circulation sur la nationale N°1 (Conakry-Kindia) est redevenue fluide, après deux semaines de calvaire à Kaka, a constaté un reporter de Conakryinfos.

La circulation a normalement repris grâce aux travaux d’urgence engagés par le ministère des Travaux publics dirigé par Moustapha Naité.

La jeunesse et les autorités locales de Kouria ont uni leurs forces pour dégager le passage avant l’arrivée du ministre Moustapha Naïté, qui a mis la main dans la poche afin d’accélérer les travaux”, a expliqué Alpha Ahmadou Sylla.

Pour sa part, Hassimiou Diallo, commerçant de profession à Kaka, dans la préfecture de Coyah, a décrit le calvaire qu’il a vécu suite à l’éboulement survenu avant le pont Kaka.

Depuis l’éboulement à Kaka, nous (habitants) avions vécu un véritable calvaire, y compris les usagers de la Nationale Conakry-Kindia. Il pleuvait abondamment avant que le flanc de la montagne ne s’effondre sur la chaussée, bloquant le passage pendant deux semaines. De Conakry à Yomou, c’est la seule et l’unique route que tout le monde emprunte pour tout besoin de déplacement. Certains malades qui devaient être évacués sur Conakry ont perdu la vie sur ce trajet. D’autres se déplaçaient pour satisfaire les besoins de leurs familles, malheureusement, ils sont restés bloqués ici à Kaka. Par conséquent, tout ceux qui ne sont pas tombés malades ont été obligés de rebrousser chemin parce qu’ils n’ont plus d’argent sur eux”, a-t-il rappelé.

Sur la même lancée Soukâta Camara, Benna fikhourou dans Gbalanma poursuit.

”Le transport est devenu trop élevé ces derniers jours. La route est bloquée, c’est seulement les taxi-motos qui transportaient les passagers. D’habitude, tu payes 6 000 de nos francs aller-retour si tu veux te rendre à Coyah, mais depuis que l’embouteillage a commencé ici, nous payons 25 milles GNF à l’aller 25 milles GNF au retour. Nous n’avons pas de marché dans le secteur, tu es obligé de te rendre à Coyah. Donc, si tu avais l’habitude de donner 30 milles pour la dépense de la famille, tu es obligé d’en rajouter le double pour les frais de transport”, a-t-il jouté.

Par ailleurs, Adama Soumah a interpellé les autorités locales ainsi que le gouvernement guinéen sur la qualité du travail qui a été abattue pour rétablir la circulation sur le pont Kaka.

Les autorités doivent nous aider à rétablir la circulation sur cette route, parce qu’il n’y a pas de garantie sur les travaux qui ont été réalisés actuellement. Dès qu’il pleut, la terre et les arbres tombent; et tuent des personnes. Cette fois-ci nous ignorons le nombre de naufragés que nous avons enregistrés à Kaka ici. Cette Nationale N°1 est la seule qui nous relie des autres villes du pays? Aujourd’hui, elle se trouve dans un état très critique” , a-t-elle déploré.

Pour l’heure, attendons de voir jusqu’à quand dureront ces travaux d’urgence effectués pour soulager les usagers.

 

Boubacar Sidy BAH

Envoyé spécial à Coayh

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email