full screen background image

Contrôle judiciaire des journalistes, les associations de la presse guinéenne exigent la levée de la mesure


Les responsables des associations de la presse privée guinéenne se sont fortement mobilisés ce mercredi 04 septembre à la cour d’appel de Conakry. La démarche vise à exiger la levée du contrôle judiciaire de leur confrère Abou bakr Diallo et certains journalistes, qui sont soumis à la même exigence de la justice.

Interrogé par un de nos reporter, le secrétaire général du syndicat de la presse professionnelle et privée de Guinée (SPPPG), Sidy Diallo a indiqué l’objectif de cette mobilisation.

Nous sommes là, devant la Cour d’Appel de Conakry pour accompagner notre confrère Abou Bakr, mais aussi à travers lui, soutenir d’autres confrères, parce que ce n’est pas que la situation d’Abou Bakr seulement, il y a le cas de Lansana Camara qui continu de se présenter 3 fois par semaine au TPI de Kaloum, tous placés sous contrôle judiciaire’‘ a t-t-il expliqué.

Dans la même démarche, il précise. ”On ne s’oppose pas à ce que les affaires judiciaires se poursuivent par contre, nous demandons la suspension du contrôle judiciaire parce que nous estimons que si un journaliste est placé sous contrôle judiciaire, il devient automatiquement un prisonnier ambulant”, a soutenu Sidy Diallo.

Visiblement satisfait des démarches entamées par les avocats de la défense, le président de l’Union des Radio et télévisons libres de Guinée (URTELGUI), s’est dit rassuré de gagner la partie.

Nos avocats ont donc déjà entamé toutes les démarches en la matière. Notamment, une demande de la levée en ce qui concerne le contrôle judiciaire de notre confère Abou Bakr. Je précise que depuis le 2 septembre dernier, cette demande est arrivée à la cours. Je crois, que dans les heures à suivre, elle sera examinée et la décision du contrôle judiciaire de monsieur Abou Bakr sera purement et simplement levée. Nous avons bon espoir, puisque, les personnalités que nous avons rencontrés aujourd’hui ne sont pas de mauvaises foies” a-t-il indiqué Sanou Kerfala Cissé.

A noter, qu’à travers une déclaration les associations de presse à la veille de cette mobilisation ont invité toutes la presse nationale à se présenter ce mercredi dès 8h00 au tribunal de première instance de Kaloum pour venir signer l’acte de présence car, dorénavant, ils estiment que tous les professionnels de l’information sont sous contrôle judiciaire.

 

Boubacar Sidy BAH

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email