full screen background image

Les recommandations issues de la clôture de la session extraordinaire de la LFR 2019


Lors de la clôture des travaux de la session extraordinaire, consacrée à la loi de finances rectificative de cette année, le rapporteur général de l’Assemblée Nationale, a fondé l’espoir quand aux projections budgétaires en cours de réalisation pour 2019. Un espoir fondé notamment sur les recettes et dépenses ainsi que le financement, qui selon lui, sont bâties sur le maintien d’un taux de croissance économique de 5,9% du PIB, d’une d’inflation moyenne de 8,9%, et d’une pression fiscale de 15, 6% contre 15,3% en loi de finances initiale ainsi que des réserves de la BCRG à un niveau adéquat de trois mois d’importations.

« L’exécution semestrielle de la loi finances 2019 a connu d’importantes évolutions et autres contraintes, qui ont conduit l’exécutif à présenter le 19 août 2019 par l’intermédiaire du ministre du budget un collectif budgétaire, qui s’équilibre en recettes et en dépenses au montant de 23 221 979 464 075 francs guinéens. Le volet dépense du projet de la loi de finances révisée est évalué à 23 221 milliards, contre une prévision en loi de finances initiale de 22 313,39 milliards, soit une augmentation de 908,6 milliards soit 4,1%, rapportées au PIB, les dépenses représentent 18,4% du PIB contre 17,66% dans le budget initial« , a expliqué l’honorable Alfa Mohamed Diallo, rapporteur général.

Par conséquent, les députés ont sollicité au près de l’exécutif, l’application relative à la gouvernance financière des sociétés et établissements publics, la finalisation du manuel de procédures de gestion des recettes administratives ainsi que la loi organique relative à la loi des finances.

La commission économie et finances, du plan et de la coopération a formulé des observations, remarques et recommandations dans le cadre du renforcement des capacités managériales des ressources humaines chargées d’administrer les travaux d’investissement. Une manière notamment d’encourager le ministre du budget à persévérer à recourir, de plus en plus, aux emprunts obligatoires.

En outre, les députés ont invité les ministres du plan, des postes, télécommunications, des finances à la mise en place sans délai d’une commission urgente de concertation en vue de la commercialisation effective de la fibre optique dans le pays.

Facely DIAWARA

 

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email