full screen background image

Makanera : « Dans les consultations du PM, si vous refusez une invitation, vous êtes déjà consultés »


Après l’adresse à la nation du président Alpha Condé, nombreux sont des leaders politiques de la mouvance présidentielle à se réjouir du contenu de son discours. Une adresse dans lequel, il a demandé au Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, d’engager des consultations inclusives, à l’issue desquelles, il aura à se prononcer sur la constitution guinéenne.

C’est le cas du président du parti Front National pour Démocratique (FND), Alhousseyni Makanera Kaké, qui a indiqué que ce discours du Chef de l’Etat ouvre la voie au référendum permettant au peuple de se prononcer sur la ”nouvelle Constitution”.

Conakryinfos.com : Que retenez-vous de la récente adresse à la nation du chef de l’Etat ?

Makanera : Je vous direz, que je me réjouis de ce discours, parce que dans le fond et dans la forme, le président n’a fait que réitérer tout ce que nous avons fait. C’est-à-dire montrer qu’en démocratie, c’est le peuple qui a son dernier mot.

Dans son discours, le président de la République a dit que « personne n’a le pouvoir ou le droit de se substituer au peuple et ne dispose de toute l’autorité pour parler, agir, décider en son nom et à sa place ». Que vous inspire cette phrase qui a son pesant d’or ?

Ecoutez ! Ce passage du Chef de l’Etat résume tout. C’est-à-dire personne ne peut dire : ‘’je parle au nom du peuple’’. Autrement dit, personne ne peut décider à la place du peuple.

Selon vous, quelle est la meilleure voie pour connaitre la position du peuple face à la nouvelle constitution que réclame la mouvance présidentielle ?

Mais c’est le référendum ! Ceux qui ne veulent pas comprendre, cela refusent simplement de comprendre. Sinon, je n’ai pas vu un discours aussi clair et précis, comme celui du président Alpha Condé. Dans son adresse à la nation, il ramène tout au peuple. Et il a même précisé que si le peuple décide, il est prêt à se plier à sa décision. Mais ceux qui disent, qu’ils n’ont pas compris, je prie Dieu qu’ils ne comprennent pas jusqu’au lendemain du référendum.

Plus loin, le Chef de l’Etat a mandaté le Premier ministre d’entamer les consultations inclusives. Pensez-vous que ces consultations seront réellement inclusives ?

Je suis certain que les consultations seront inclusives, parce que le Premier ministre ne va jamais exclure quelqu’un pour quelle que raison que ce soit. Même le fait d’être invité, si vous ne venez pas, vous êtes consultés. Si vous ne parlez pas, c’est que vous consentez. Donc la consultation sera inclusive. Mais chacun a le droit de venir ou ne pas venir. Mais dans ce cas, vous ne direz pas que vous êtes exclu.

Selon vous, est-ce que ce discours du président Condé a répondu aux attentes du peuple qui s’attendait à ce qu’il se prononce ouvertement sur une éventuelle candidature à la prochaine élection présidentielle ?

Mon cher frère, dans ce débat-là, c’est le FNDC seulement qui parle de 3ème mandat. Alors que nous, on n’a jamais parlé de 3ème mandat.

Alors, de quoi parlez-vous ?

Nous, nous voulons une nouvelle constitution, car notre pays en a besoin. Et pour cela, on va se battre pour aller jusqu’au bout.

Comment comptez-vous faire passer cette nouvelle Constitution ?

Nous voulons passer par le référendum. En tout cas, nous, nous sommes satisfaits de ce que le président a dit dans son adresse à la nation.

Donc, on peut s’attendre à ce que président demande lui-même une nouvelle Constitution ?

Ce que vous voulez entendre là, vous ne l’entendrez jamais, parce que ce n’est pas le président de la République qui demande la nouvelle constitution. C’est plutôt le peuple de Guinée.

Voulez-vous dire que le discours du Chef de l’Etat a répondu aux attentes du peuple ?

Absolument ! Nous, on a dansé toute la journée d’aujourd’hui, car le Pr Alpha Condé a dit que c’est le peuple qui est souverain. Donc, c’est le peuple qui décidera. Le président de la République est venu réitérer la position que nous avons toujours défendue.

Est-ce que ceux qui demandent une nouvelle Constitution sont majoritaires pour engager tout le peuple de Guinée ?

On est plus que majoritaires. C’est pourquoi nous demandons le référendum. Ce que les gens n’ont pas compris, c’est qu’en démocratie, on ne demande pas 100%, on demande la majorité.

Ne craignez-vous pas des actions du FNDC sur le terrain pour empêcher ces consultations ?

S’ils sont ce qu’ils disent, nous ne craignons rien. On ne peut pas craindre les démocrates. Ils ont dit qu’ils vont utiliser tous les moyens légaux. Nous savons qu’en démocratie, les moyens légaux, c’est les moyens que les lois permettent. Et les lois, c’est la volonté du peuple.

Mais le FNDC dit qu’il est farouchement opposé à la nouvelle Constitution et à toute idée de troisième mandat.

C’est pourquoi nous demandons le référendum. Nous respectons leurs opinions. C’est pour cela nous que n’avons pas dit de leur imposer une nouvelle Constitution.  On a dit de leur demander ; s’ils sont les plus nombreux à voter contre, on se ralliera à eux.

Votre mot de la fin par rapport à ce discours du président de la République ?

Je voudrais demander au peuple d’être calme et serein. Je demande aussi au président de doter la Guinée d’une nouvelle constitution, avant même les élections législatives ou de les coupler tout simplement.

Merci monsieur M. Alhousseyni Makanera Kaké

C’est moi qui vous remercie.

 

Siradio Kaalan DIALLO

 

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email