full screen background image

Manifestation du 14 octobre : Des PA saccagés sur la route Prince à Conakry


De violents accrochages ont opposé lundi à Conakry et dans certaines de Guinée des forces de l’ordre et des manifestants répondant à l’appel lancé par le FNDC pour exprimer son opposition à toute idée de changement constitutionnel.

A Conakry, les manifestants ont réussi à s’attaquer à certains symboles de l’Etat, notamment des postes de gendarmeries et des PA, installés dans certains quartiers chauds de la capitale.

C’est le cas du poste de gedarmerie de Sonfonia et du PA installé au carrefour de la T6, dans le quartier populeux de Wanindara, dans la commune de Ratoma, considéré comme le fief du chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, a appris Conakryinfos auprès de certains manifestants.

Tout a commencé le matin quand plusieurs centaines de jeunes ont pris d’assaut les rues de Wanindara pour répondre à l’appel du FNDC, avant d’être repoussés par les forces de l’ordre postées au PA de la T5.

Munis de cailloux, de gourdins et d’armes blanches, les jeunes fortement mobilisés ont réussi à faire fuir les policiers, les gendarmes et les militaires composant le PA de T5.

Après la fuite des occupants du PA de Wanindara, les jeunes ont démonté la tente servant d’abris aux forces de l’ordre.

De sources concordantes, après l’attaque du PA de Wanindara, plusieurs équipements dont des boucliers et des matraques, ont été emportés par les manifestants.
L’ordre a été retabli sur cet axe grâce à l’arrivée d’un renfort composé de policiers, les gendarmes et les militaires venus en direction du carrefour d’Enco 5.

Lundi soir, le chef d’état-major général des armées, le général Namory Traoré a fermement condamné l’attaque des PA, avant de rappeler que “la mission dévolue à ces PA est de lutter contre la grande criminalité pour préserver la sécurité et la quiétude de tous les citoyens”.

 

Djénaba Camara

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email