full screen background image

Sidya Touré : « Le nouveau ministre de la sécurité a pour mission d’agresser Sidya Touré »


Quelques heures après l’attaque de son véhicule par une grenade lacrymogène, en marge de la manifestation empêchée du FNDC, le président de l’UFR, Sidya Touré a accusé le nouveau ministre de la sécurité et de la protection civile, Albert Damantang Camara d’être en mission du pouvoir pour « l’éliminer physiquement ».

« Aujourd’hui, on s’est attaqué à mon véhicule parce qu’on a jeté une grenade lacrymogène en direction de mon chauffeur qui a perdu le contrôle du véhicule. Heureusement, on s’en est sortis indemnes. J’ai été secouru par un passant qui m’a embarqué dans sa voiture en compagnie de deux de mes garde-de-corps. Non seulement, mon véhicule a été plus ou moins saccagé, mais on a cassé les vitres et détruit les pneus. Et puis, le pick-up qui me transportait, en compagnie de mes deux garde-de-corps, a été complètement saccagé », a-t-il expliqué.

Selon l’ancien Premier ministre dont le parti est membre du FNDC, il aurait été la cible de jets de grenade lacrymogène sur instruction du nouveau ministre de la sécurité et de la protection civile.

« Dans cette répression, on s’est attaqué à tout le monde, mais mon cortège a été particulièrement visé. Cela répond à une nouvelle mission du nouveau ministre de la sécurité qui a pour mission d’agresser Sidya Touré, parce ce que peut-être l’autre n’a pas bien réussi (…) », a accusé Sidya Touré.

Dans un communiqué publié après l’interruption de la marche du FNDC, le ministère de la sécurité et de la protection civile a démenti les propos du leader de l’UFR, soutenant « qu’aucune agression délibérée perpétrée par les forces de l’ordre ne l’a visé.

« Suite à des déclarations publiées sur les réseaux sociaux et émanant de certains responsables de communication de FNDC et de l’UFR, le Ministère de la Sécurité a constaté que l’on tente d’induire l’idée qu’une agression délibérée aurait été perpétrée par les forces de l’ordre contre la personne de Monsieur Sidia Touré. A l’appui de cette désinformation des images d’un véhicule accidenté sont diffusées », peut-on lire dans le communiqué.

« Le Ministère de la Sécurité tient à préciser qu’à aucun moment les opérations de maintien de l’ordre n’ont ciblé un véhicule ou une personne en particulier. Par ailleurs, conformément aux instructions et à la pratique en la matière, aucune arme létale n’a été utilisée au cours de ces opérations », a précisé le communiqué.

Mohamed Sylla

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email