full screen background image

Aboubacar Soumah : « Mory Sangaré est un ministre incompétent et irresponsable. »


Le secrétaire général du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG), Aboubacar Soumah a vigoureusement fustigé la décision du ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Mory Sangaré de remplacer les enseignants grévistes par d’autres enseignants.

« M. Mory Sangaré a déjà commencé à appliquer la nouvelle Constitution au niveau de l’éducation nationale. C’est pour vous dire qu’il un ministre incompétent et irresponsable qui ne mérite pas d’être à la tête de ce département stratégique. C’est lui est en train de remonter les fausses informations au président de la République pour lui dire que tout va bien ; les 99% des enseignants sont en classe. Alors que si vous venez sur le terrain, de Conakry à l’intérieur du pays, cette grève est plus suivie que la grève passée. Donc, il est là à raconter des balivernes et à prendre des décisions contraires à la loi pour menacer et effrayer les enseignants ; parce qu’il a pris l’engagement avec le chef de l’Etat qu’il va faire revenir les enseignants en classe suite au procès-verbal qu’il signé à ces syndicats fantômes qui n’existent nulle part sur le terrain. », a-t-il déclaré dans un entretien accordé à l’mission ‘’Africa 2025’’ de nos confrères de la radio Nostalgie.

M. Soumah n’a pas manqué d’opposer à l’idée du ministre de l’éducation nationale qui menace de geler les salaires des enseignants qui ont boudé les classes pour fait de grève.

« Les paiements de primes que le ministère paie actuellement aux enseignants en situation de classe, ne nous engagent pas. Nous, nous avons demandé de rehausser le salaire indiciaire et engager les enseignants contractuels à la Fonction publique. Donc, le ministre Sangaré peut prendre ses décisions qui sont pour nous nuls et de nul effet. Car, ces décisions sont contraires à la loi. Nous, nous allons lui (Mory Sangaré) montrer que nous agissons conformément à la loi. Si un enseignant est remplacé par un autre dans une école, nous allons défendre notre travail et notre salaire. Les salaires qui sont gelés seront payés aux enseignants parce que la loi ne le dit pas. Car, le salaire est sacré et protégés par la loi. », a promis le syndicaliste qui a rappelé que la grève continue jusqu’à la satisfaction des revendications.

Djénab Camara

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email