full screen background image

Ousmane Gaoual Diallo : « Cellou Dalein Diallo est un otage du président Alpha Condé »


Après la manifestation de résistance du FNDC du jeudi ayant fait un mort à Wanindara, le parti de Cellou Dalein Diallo continue à accuser le pouvoir de repressions sur des paisibles manifestants.

De la manifestions du 12 février, à la réaction de la communauté internationale, au confinement du chef de file d’opposition à son domicile, le député Ousmane Gaoual Diallo a accordé à Conakryinfos, un entretien dans lequel il a appelé les partisans du FNDC à continuer la lutte contre le changement constitutionnel en Guinée.

Conakryinfos : M. Diallo, nous avons assisté mercredi et jeudi à une journée de manifestation qui a été suivie par endroit. Qu’en-pensez-vous ?

Ousmane Gaoual Diallo : La détermination de la population guinéenne est intacte. On voit aujourd’hui qu’au-delà de la Guinée, la communauté internationale s’inquiète de notre situation, suite au combat du FNDC. On a écouté des éminentes personnalités françaises, l’Union européenne, les Nations-Unies, s’exprimer dessus. Cela est réconfortant. Le sujet est sur la table de négociations des Nations-Unies. L’extérieur est en train de soutenir le combat du FNDC ?

Que pensez-vous également du confinement du chef de file d’opposition à son domicile ?

Le président de l’UFDG est un otage du chef de l’Etat. C’est une violation des lois du pays. Nul ne peut être confiné sans une raison valable. Cela montre que l’Etat guinéen n’a pas de réponse si ce n’est pas la brutalité et la répression. Ce qui explique la dictature de l’actuel régime.

Êtes-vous optimiste de la réussite de votre combat ?

Les peuples finissent toujours par vaincre les dictatures. Les peuples vont toujours s’imposer. Regardez ! Omar El Bechir est aujourd’hui sur le chemin de La Haye. Cela est un exemple puissant. Au Burkina Faso, Blaise Compaoré avait imposé une dictature qui ne dit pas son nom. Mais il a fini par plier face au peuple. Nous sommes convaincus que notre combat va aboutir ; et le peuple sera le victorieux.

A la grande surprise de l’opinion publique, la manifestation du mercredi n’a connu aucune mort. Votre lecture de l’attitude des forces de l’ordre ?

Les forces de sécurité n’ont pas reçu l’ordre de tuer. C’est pourquoi hier il n’y a pas eu de morts. Mais, il faut tout de même déplorer la blessure grave d’un jeune qui a été atteint. Ce jeune a été rejeté par les hôpitaux de l’Etat. Il est pourtant dans un état critique. Bien sûr ; il y a eu de repressions hier. Mais, ils répondront tous demain, puisque nul n’est tenu obligé d’exécuter des ordres manifestement illégaux. S’ils acceptent d’exécuter ces ordres, ils répondront avec leur complice.

Avez-vous un message aux partisans du FNDC pour les autres journées de manifestations ?

Le peuple doit résister et continuer le combat. On doit lutter contre cette colonisation, à cette dictature-là. Il y a d’autres qui sont passés. Donc les Guinéens doivent résister pour faire triompher la vérité.

Merci M. Diallo

C’est moi qui vous remercie.

 

Entretien téléphonique réalisé par Siradio Kaalan Diallo

Tel : 622 56 62 43

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email