full screen background image

Dr Sakoba Keita : « Trois hôpitaux de Conakry ont dit à la dame contaminée qu’elle a le paludisme »


Le directeur général de l’Agence nationale de la sécurité sanitaire (ANSS), Dr Sakoba Kéita a confirmé mercredi l’enregistrement d’un deuxième cas de la pandémie de coronavirus en Guinée.

Il s’agit d’une Guinéenne, commerçante, en provenance d’Italie, où elle a séjourné pendant quatre semaines.

Elle est arrivée à Conakry dans la nuit du 06 au 07 mars. Elle aurait développé la maladie le 12 mars dernier pendant qu’elle était sous surveillance sanitaire, avant d’être testée positive hier mardi et admise au centre de traitement épidémiologique de Nongo, située dans la banlieue de Conakry.

Atteinte du COVID-19 sans le savoir, la patiente aurait fait des consultations dans au moins trois hôpitaux de la capitale guinéenne.

« Il y a eu une erreur déontologique au niveau de trois cabinets de consultation et de soins de Conakry, notamment le centre médical communal (CMC) de Matam, la clinique Ambroise Paré et le cabinet Doumbouya de l’aéroport de Conakry. La femme guinéenne a transité par ces cabinets privés. Malheureusement, ils lui ont dit qu’elle a le paludisme. Heureusement, c’est au centre de traitement de Nongo que la dame a été finalement testée positive. Cela veut dire que ces cabinets ont failli (…) », a précisé le directeur général de l’ANSS dans un entretien accordé à nos confrères de Mosaiqueguinée.

Par les temps qui courent, l’ANSS a identifié six contacts directs de la dame contaminée. Ces contacts sont actuellement confinés pour une durée de deux smeaines.

La pandémie de coronavirus a fait son apparition au mois de décembre dernier en Chine.

La Guinée est à son deuxième cas du COVID-19 après le premier cas enregistré sur une Belge travaillant au bureau de la Délégation de l’Union européenne à Conakry.

Djénaba Camara

Commentaire Facebook
Print Friendly, PDF & Email